Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 18:59

Nous arrivons à San Agutin en fin d’après-midi et trouvons un camping vraiment pas cher et un peu roots familial. On se fait une pizza pour la peine J Par contre le camping est rempli de quartz aussi beau les uns que les autres alors je passe une bonne partie de mon temps à ramasser des pierres J On se renseigne un peu pour une excursion dans la vallée de la lune, un parc vraiment beau. Malheureusement, ce sera beaucoup trop cher pour notre petit budget, il faut faire des choix et de nouveau sans voiture c’est difficile.

Du coup le lendemain, on va se faire une petite ballade dans le coin pour aller voir les peintures rupestres.

San-Agustine-peintures-rupestres.jpg

San Agustine 1

On traverse le rio et on se ballade dans les cactus et les plantes piquantes, car ici c’est aride et toutes les plantes piquent !!!

San Agustine 2

On a beaucoup de chance, on voit plein de perroquets qui virevoltent en dessus de nos têtes, vraiment magnifiques.

San Agustine peroquets

L’après-midi on se ballade en ville et on se repose. Une bonne mangeaille le soir et au dodo.

 ‘’Toff ‘’Ce matin nous attendons la réponse de 2 allemands et leur petite fille pour aller dans la vallée de la lune. Malheureusement ils proposent seulement de nous déposer à l’entrée du parc mais on ne peut pas faire la visite avec eux. On refuse alors ayant peur de rester bloquer devant les portes sans trouver une bonne âme. On fait donc quelques bracelets, on mange puis on va faire un petit tour en ville histoire de. Après un petit passage dans la station de bus on apprend que le bus du lendemain est annulé mais qu’il y en a un qui part dans 45 min, sinon il faut attendre 4 jours. Départ au camping, pliage de la tente et retour à la station de bus on time. On arrive alors à La Rioja de nuit, on prend un taxi qui nous amène dans le seul camping à l’autre bout de la ville. Tous les bus sont pleins pour la prochaine destination alors, on a plus qu’à tenter le stop demain. Le camping n’est pas très cher mais au milieu d’un parc municipal. C’est drôle, il y a un lac, plein de jeux pour enfants, pleins de barbecues et plein de place mais ils nous collent derrière un mur au bord de la routeL. Des fois faut pas trop chercher !!!! Le plus étrange c’est le bruit de l’éléphant qu’on entend un peu plus tard dans la soirée. Eh oui y’a aussi un zoo dans ce parc J plutôt cool de se coucher avec le bruit des animaux d’Afrique.

Ce matin on se réveil de bonne heure, on plie la tente et on prend le bus pour aller à la sortie de la ville pour tenter le stop. On attendra que quelques minutes avant que deux jeunes nous prennent et nous amènent au nord ! On ne sait pas trop où mais au nord. La route dans cette partie de l’Argentine est vraiment différente et les paysages changent énormément. On voit beaucoup de plantations de canne à sucre et de soja destinées à l’exportation. On voit aussi les énormes montagnes des Andes plus au font qui s’élèvent au dessus des nuages, franchement c’est magnifiqueJ.

Route La Rioja Jujuy

Les gars sont super sympa, on discute beaucoup et on leur fait découvrir la musique de notre Ipod. Ce week-end beaucoup de personne prennent la route car c’est férié et les argentins ont 4 jours de congés alors ils en profitent (w-e de Pâques). On pensait faire 2 ou 3 heures de route aujourd’hui, mais quelques 11 heures plus tard, nous voila à Jujuy tout au nord de l’Argentine. Franchement on ne pensait pas faire toute cette route aujourd’hui, mais on s’est super bien entendu avec les 2 gars, alors on en a profité pour aller le plus au nord possible. A 21h on se trouve un petit hôtel pas cher et après s’être installés on va manger un morceau avec nos deux compagnons.

Les gars du stop

Au petit matin nous partons faire la visite de cette petite ville. Ici tout est très différent du reste de l’Argentine. On ressent beaucoup plus la mentalité de la Bolivie. Tout est beaucoup moins cher, les gens vendent tous les produits boliviens, on retrouve la coca et les joues rouges des gens de la montagne. Cette ville est assez charmante, il y a de jolis bâtiments et une belle place centrale.

Jujuy

On va voir un petit point de vue et un beau musée de maquettes. Elles représentent la vie des habitants dans cette région du nord de l’Argentine.

Jujuy Musée maquette

Le soir on prend un collectivo pour aller dans une petite ville encore un peu plus au nord dans la vallée des septes couleurs. On remonte alors dans la montagne, la route est magnifique.

Route Jujuy Tilcara

Les montagnes déchiquetées par l’érosion, présentent des couleurs vives, vraiment superbes. Arrivés à Tilcara, on cherche le camping et on s’installe. A la porte de celui-ci, je retrouve une amie que j’ai connue au Mali quelques 5 ans plus tôt, incroyableJ. On part donc avec elle et son copain faire une petite marche pour admirer les couleurs de la montagne avant le couché du soleil.

Tilcara couhé de soleil montagne

Le village est plein de gens qui sont venus voir la procession car c’est le week-end saint. Depuis le camping on commence à entendre le bruit des tambours et des flûtes. Après le repas on va voir le défilé.

Tilcara Procession 2

Par petits groupes, les musiciens passent dans les rues de la ville. Un peu partout des tableaux en fleurs ou en petites pierres ont été installés représentant le christ tout au long de sa vie. Sa naissance, le chemin de croix, Marie, les apôtres etc. C’est très joli mais un peu kitch. C’est surtout très religieux.

Tilcara Procession 1

La musique n’est pas de très bonne qualité, on croirait que c’est la seule fois de l’année qu’ils répètent les morceauxJ. Trop pour nos oreilles, on va se coucherJ.

Le lendemain avec deux argentins que l’on a croisé au camping, on part dans un petit village pour admirer de nouveau les couleurs de la montagne.

PumamarcaPumamarca-2.jpg

On tombe aussi sur une espèce de corridas où des gens essayent d’attraper des vaches au lasso pour les marquer !!! On ne sait pas trop si on doit rire ou pas face à ce spectacle plutôt inattendu !

Le soir on se fait un petit resto et on rencontre encore 2 autres français. On discute beaucoup avant d’aller ce coucher. Partout en Argentine, il y a beaucoup de touristes, beaucoup d’européens, notamment des français mais aussi beaucoup d’israéliens et d’argentin qui profite de leurs week-end ou de leurs vacances.

Aujourd’hui nous partons faire une petite marche dans la montagne pour aller voir la cascade du diable. La marche est vraiment magnifique au milieu d’énormes cactus avec une vue imprenable.

Tilcara marche dans la montagne

Tilcara vue des montagnes

On mangera quelques fruits au pied de la cascade avant de redescendre tranquillement.

Tilcara Cascade

Ce lundi, la ville retrouve son calme et les gens reprennent leurs activités. Nous partons visiter les ruines d’un ancien village d’environ 3000 ans. La visite commence par un jardin botanique où on voit beaucoup de cactus et de plantes différentes de la région. J’adore les jardins botaniquesJ

Tilcara jardin botanique

Tilcara temperatures

Ensuite on visite les ruines qui sont aussi très intéressantes car très bien conservées. En plus et pour une fois il y a des  panneaux en anglais. C’est fou comme les maisons étaient petites et les portes étroitesJ.

Tilcara vestiges du village

De retour à Tilcara, on range notre tente et allons à la station de bus pour se rendre à Humahuaca. Je sais que tous ces bleds ne vous disent rien mais c’est normal c’est tout petit et au milieu de la montagne. Nous non plus on y serait pas allés si les deux gars qui nous on prit en stop ne nous avais pas dit que c’était beau.

A la station de bus on retrouve Mélanie et Seb nos deux nouveaux compères de routeJ. Trop fort on ne pensait pas les revoir si tôtJ. Arrivés à Humahuaca, comme d’hab., la 1ère mission est de trouver un camping ou un coin pas cher pour dormir. 1h30 après avoir tourner dans toutes les rues de la ville on se retrouve au camping municipal pour 12 pesos par personne (2,5 euros). On va ensuite manger un morceau car courir pour trouver un coin où dormir ça donne faimJ. On se fera un petit resto populaire pas trop cher mais pas très accueillantJ. Enfin plutôt ambiance pilier de comptoir ! Aller c’est l’heure d’aller un dodo.

Ce matin visite de la ville et du petit marché.

Humahuaca place centrale

Comme nos amis font aussi de l’artisanat, on discute beaucoup avec les artisans qui nous expliquent plein de choses sur les pierres de coin.Après une après-midi à faire des bracelets et des colliers,

Tilcara Fabrication de Bracelets

on se retrouve un autre resto pour goûter un peu aux plats typiques du nord de l’Argentine. Malheureusement notre budget se limitera au menu et donc tarte de légume pour Ga et spaghettis bolo pour moiJ.

Le lendemain, journée la plus belle du monde……c’est mon anniversaireJ Donc réveil tranquille avec pâtisseries, petite marche à la montagne blanche et promenade sur une petite crête.

Humahuaca marche dans la montagne 1

La vue est magnifique, les couleurs splendides et la marche pas très fatigante pour moi qui n’aime pas trop marcherJ.

Humahuaca marche dans la montagne 2

En milieu de journée, on plie la tente (peux être pour la dernière fois) pour se rendre dans une petite auberge familiale où on fêtera mon anniversaire avec nos deux nouveaux potos. On se retrouve vers 19h pour aller faire les courses, achats de légumes et de fromages mais surtout d’un gros bout de viande pour se faire un bon assadoJ.

Humahuaca repas d'anni 1Humahuaca repas d'anni 2

La dame de l’auberge est super sympa, elle nous met la table et s’inquiète de tout ce qui pourrai ne pas aller. On passe une super soirée à se faire peter le ventre au steak et à la pomme de terreJ.

Humahuaca repas d'anni

Ce matin réveil de bonne heure (eh oui les anniversaires, ce n’est pas tous les jours !), et départ pour la station de bus ‘’une fois de plus’’. En voyage on a vraiment l’impression d’aller tout le temps à la station de bus comme si s’était notre maison. On va aussi tout le temps faire les courses, dans mon journal quotidien tous les jours je marque courses !!!!!! Qu’est ce que c’est chiant !!!!!

Le bus de 8h30 nous amène à la frontière de la Bolivie en quelques heures et c’est une grande page qui est entrain de se tourner. Depuis le terminal de bus, il nous faut marcher encore un peu avant de voir une file de gens avec des gros sacs au dos entrain de passer la frontière.

Frontiere Argentine Bolivie

A notre tour maintenant d’affronter les douaniers Boliviens. Un petit tampon dans notre passeport, une remarque sur les bracelets qui sont accrochés sur le sac de Gaeline et le tour est joué. Ça y est nous sommes en Bolivie.

Frontiere Bolivie

Très comptant et en même temps triste de quitter l’Argentine.

Pour résumer l’Argentine est un très beau pays, les gens sont très sympas et accueillants, c’est un peu cher (quand même moins que la France ou le Brésil) c’est très touristique aussi à certains coins. C’est très grand, du nord au sud il y a 3700 kms et très diversifié entre la pampa (désert), les montagnes, la forêt, les espaces de cultures, les villes du nord aux influences Boliviennes et celle de l’est aux influences Européenne. Il y a eu beaucoup d’immigration dans ce pays. Beaucoup d’italiens et des gens de l’Europe mais aussi beaucoup de gens de la Bolivie et du Pérou. C’est vraiment un pays intéressant. Le seul regret c’est de ne pas avoir une voiture et 6 mois de plus pour encore plus le découvrir.

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 03-2011 ARGENTINA
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 23:39

Après 2 jours dans ce coin de paradis on remballe notre tente et on se remet sur la route pour la prochaine étape, Neuquen, à 400 km de là. Encore un gros coup de chance. Au bout de 30 min de stop un 4x4 s’arrête. Il nous prend tous les 4 et c’est parti pour Neuquen.

Volcan Lanin

Le monsieur est super sympa, on discute beaucoup et quelques 5 heures plus tard nous voilà à destination. Cette fameuse route 40 est vraiment magnifique.

Route Junin Neuquen volcan Lanin

 

Route Junin Neuquen 2Route Junin Neuquen 3Que faire maintenant, nous sommes à la station de bus.

Arrivée à Neuquen

On se renseigne sur les campings du coin mais il n’y en a pas, ou très loin, alors on décide après 1 mois de camping de se faire 1 nuit dans un hostel. Il y en a un pas loin d’ici réputé pour être bien et pas cher. On passera donc cette nuit dans un lit confortable et au chaud. Qu’est ce que ça fait du bien de ne pas déballer les sacs et d’avoir une bonne salle de bain. Ce matin on traine un peu, on écrit sur le blog, on joue au Rummycube et en fin de journée on va visiter un peu la ville. Cette ville est assez grande et classique. On se promène dans la rue principale et allons jusqu’à un soit disant point de vue, mais bon on ne le trouve pas vraiment !!! On fait quelques courses et rentrons se préparer un bon repas dans notre hostel. En fait on reste encore pour une nuit, faut se faire plaisir de temps en temps. Le lendemain on décide de prendre un bus pour la prochaine petite ville et retenter le stop là-bas. Car depuis Neuquen c’est un peu difficile. Dans les grandes villes il faut d’abord sortir pour être sur la bonne route ! Nous prenons donc un bus vers 16 heures qui nous amène à Catriel, une ville où il ne doit pas y avoir beaucoup de touriste qui s’arrêtent. On trouve le camping à la sortie de la ville et passons une bonne soirée dès et jeux. Le lendemain matin tôt, nos deux compères vont prendre un bus pour plus au nord et nous on va sur la route pour tenter le stop, on ne se décourage pas On n’attend pas 15minutes qu’on se fait prendre par un petit camion.

Route Catriel - San Rafaël

On se met derrière dans la caisse et c’est parti pour quelques kils, jusqu’à un contrôle de police et un rond point.

Route Catriel - San Rafaël 1

Route Catriel - San Rafaël 2

Là on verra nos amis passer en bus et nous on attendra plusieurs heures. Une mini pluie nous décourage un peu mais il faut persévérer. Et quand on commence à désespérer, c’est toujours là qu’une bonne âme s’arrête. Un gars nous prend pour San Rafaël. Il est super sympa et nous propose même de nous accueillir chez lui. En fait c’est un commercial et il a un loft à San Rafaël. On a vraiment de la chance.

Route San Rafaël - Mendoza

Route San Rafaël - Mendoza 1

On arrive, on pose nos sacs et on va se trouver un p’tit truc à se mettre sous la dent. Là, comble du comble on retrouve Eug et Bat… on ne peut plus s’en défaire hihihi  On décide de se retrouver le lendemain pour faire la route des vins et visiter les bodegas. Le soir notre ami Raoul nous propose de nous emmener à Valle Grande dans la matinée pour visiter la vallée. Il est vraiment trop cool. On passe une bonne nuit dans un lit double (ouahhh ça faisait longtemps) et le lendemain matin c’est parti pour une visite de Valle Grande avec Raoul.

Valle Grande San Rafaël 5

C’est vraiment magnifique, une vallée pleine de couleurs avec le rio qui coule au milieu.

Valle Grande San Rafaël 3

Valle Grande San Rafaël 4On va jusqu’au barrage et on profite bien de la vue.

Valle Grande San Rafaël 1

Valle Grande San Rafaël 2

Valle Grande San Rafaël

L’après-midi nous voilà avec Bat et Eug sur la route des vins. On se croirait un peu dans le sud de la France. Des allées d’olivier et des vignes… c’est super beau et le temps et bien  avec nous, il fait grand soleil. On visite la première bodega, on nous explique la vinification et c’est rigolo d’entendre le nom des cépages français avec l’accent espagnol.

Bodega San Rafaël 1

Bodega San Rafaël

On fini avec la dégustation et on achète une bonne p’tite bouteille de rosé pour l’apéro-repas sous les oliviers  

Apéro Bodega

On poursuit avec une deuxième bodega, visite et dégustation  

Bodega San Rafaël 2

Bodega San Rafaël 3

Comme c’est aussi le pays des olives on en profite pour visiter le petit musée de la fabrication d’olive, on achète une pâte d’olive et bien sûr de l’huile d’olive mmmhhh.

Le soir on mange avec notre ami Raoul et on prépare nos sacs pour repartir le lendemain pour Mendoza.

Raoul nous pose au rond point approprié et on fait du pouce pas très longtemps avant qu’une voiture ne s’arrête. C’est un gars qui creuse des trous, perfore le sol à la recherche de minéraux et d’eau. La route pour Mendoza est magnifique, on se rapproche de la cordillère des Andes et on aperçoit même l’Aconcagua, le plus haut sommet d’Argentine et d’Amérique latine.

Aconcagua

Notre ami nous dépose en ville et nous prenons un bus pour trouver le camping le plus proche, un peu en dehors de la ville.

Arrivée Mendoza

C’est un coin sympa, avec plein plein d’arbres, des p’tites paillottes, de la lumière, une table et des chaises, bref tout le confort d’un bon camping. Nous passons une première journée là-bas paisible, toute tranquille. Le soir, Bat et Eug nous rejoignent   Le lendemain, nous allons visiter un peu la ville, une grande ville mais bien sympathique. Il y a plein de parcs et de grandes avenues bien larges.

Mendoza

On va se promener dans le parc San Martin, un énorme parc avec un lac, un stade et plein de gens qui font leur jogging.

Mendoza 1

On visite aussi la feria, le marché artisan de la ville. On fait quelques courses et rentrons au camping. Le lendemain une belle journée nous attend. À environ une heure de bus se trouvent des thermes d’eau chaude On prend le bus, traversons de beaux paysages et arrivons dans le cadre magnifique des thermes. Au milieu d’une vallée, avec des vues superbes. Les thermes sont très belles aussi, toutes en pierres.

Thermes

Thermes 1Il y a plein de bassins différents, plus ou moins chauds, avec des bulles, à l’intérieur et à l’extérieur. On profite un max de cet endroit revigorant   

Thermes 2

Thermes 3De retour à Mendoza on va acheter un peu de fil pour continuer la confection de nos bracelet. Ça marche assez bien, on a un joli présentoir et on vend des bracelets de temps en temps Les gars se font un assado le soir, avec un bon morceau de steak !  Le lendemain, journée lessive, rangement et confection de bracelet.

Camping Mendoza

Assado camping

Assado argentin au camping

 

Ça y est nous quittons nos deux compagnons qui vont continuer la route vers le Chili. Nous on remonte toujours vers le nord, direction la Bolivie qui se rapproche.  On prend un bus collectivo pour sortir de la ville et passons une journée un peu longue au bord de la route d’un petit village.

Bus Mendoza - LavalleNous ferons du stop pendant 6 heures et par lassitude on abandonnera pour cette fois. Même les bus pour San Juan ne s’arrêtent pas !!! On demande au poste de police s’il n’y a pas un endroit pour mettre la tente et après réflexion, ils nous proposent de la mettre à côté du poste. On sera bien gardé cette nuit

poste de policeComme la journée a été longue on décide de se faire un petit plaisir resto, omelette salade pour moi et côtelette purée pour Toff !!! Le lendemain, remotivé, on se place sur la route et là un chauffeur de camion nous prend jusqu’à San Juan. Là on va prendre le bus pas cher pour San Agustin de Valle Fertil, faut pas non plus abuser avec le stop

Route San Agustin

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 03-2011 ARGENTINA
commenter cet article
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 16:15

Aujourd’hui nous tentons donc le stop pour la ville d’Esquel qui se trouve un peu plus au nord. Réveil de bonne heure, pliage de la tente, remplissage de la bouteille d’eau et départ pour le stop. 30 min plus tard alors que la circulation n’est pas très dense, un camion ralentit pour lire notre petite pancarte, s’arrête et nous fait signe de monter J Trop cool, il va à Esquel, on a vraiment de la chance. On dit au revoir à nos deux compatriotes depuis la vitre du camion et c’est parti pour 12h de route.

Route Perito Moreno-Esquel dans le camion

Notre chauffeur est un chilien qui a fini sa semaine et qui rentre chez lui au Chili. La route est magnifique mais semée d’embuche. Le 1er arrêt c’est pour réparer une petite fuite d’essence. Un tuyau d’essence s’est un peu usé et fuit maintenant. 15 min les mains dans le moteur et nous voilà repartis.

Route Perito Moreno-Esquel panne

On arrive alors sur la piste et de nouveau, quelques kms plus tard, une des portes de la cabine arrière s’ouvre à cause des vibrations. Il faut aller sécuriser tout ça J Ce serait mieux que nos sacs finissent la route avec nous. Cette route 40 est vraiment magnifique mais désertique, il n’y a strictement rien, quelques arbustes secs et oiseaux de temps en temps mais c’est tout.

Route Perito Moreno-Esquel 2

Vers 13 heures, on s’arrête pour une pause déjeuné. Le gars nous amène dans un petit resto familial. Occasion de manger une milanaise de poulet (poulet pané) et de se venger un peu des coqs qui nous on réveillés ce matinJ. On repart une petite heure plus tard. Il y a un nouveau problème avec un pneu et le mécanicien n’a strictement rien fait pendant la pause, il faudra donc s’arrêter un peu plus tard.

Route Perito Moreno-Esquel 1

Nouvel arrêt pour un petit café.

Route Perito Moreno-Esquel pause café

La route est toujours désertique. On parle pas mal avec le gars des habitudes des routiers. C’est la 1ère fois que l’on monte dans un camion alors c’est assez impressionnant. Il fait environ 10000 km par mois ce qui est apparemment peu, car certains routiers font 30000 km par mois, imaginez, c’est énorme !!!! Le camion plein fait environ 4 tonnes.

Nous ferons encore quelques escales avant d’arriver à Esquel à 23h. Une bonne longue journée de camion. Cool mais fatiguant. Notre chance c’est qu’en face de la station où le gars nous pose, il y a un camping.

Camping à Esquel

Après une bonne nuit de sommeil, nous partons au petit matin faire quelques courses en ville. Aujourd’hui tous les magasins sont fermés car c’est un week-end férié. On se croirait dans une ville morte au milieu du désert !!! On retrouve quand même nos deux potes qui on dut prendre le bus car pas moyen de trouver un autre véhicule pour Esquel. On se prévoit un RDV pour demain histoire de visiter un peu les alentours de cette ville.

Le lendemain on part donc au bord d’un petit lac pour se balader un peu. Moi j’ai pris ma canne histoire d’essayer de pêcher.

Essai de pêche Laguna La ZetaOn se fait un petit pique nique. Ce lac est plutôt joli mais rien d’exceptionnel.

 

 

Vue à la Laguna La ZetaEsquel Laguna La Zeta

Esquel course de VTT

 

 

 

En redescendant en ville on tombe sur une course de VTT de descente. Cool, on prend quelques photos et on se régale les yeux.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour au camping pour une soirée tranquille avec les amigos.

Au petit matin nous reprenons nos spots de stop pour une ville plus au nord : El Bolson. Comme d’hab., on a beaucoup de chance car quelques 30 min plus tard, un pêcheur nous prend dans sa camionnette et nous amène un peu plus loin sur la route. Là par contre on restera  4 heures au milieu de la pampa avant qu’un routier se décide enfin à s’arrêter et à nous prendre tous les 4. Franchement on commençait à désespérer au milieu de la pampa avec ce vent... On arrive finalement à El Bolson.

Camion Esquel EL Bolson

On se renseigne un peu sur les campings du coin et on fait la connaissance de Santiago, qui nous indique un bon camping pas cher. On fait quelques courses et on prend un taxi pour arriver à l’AVE PHENIX.El Bolson Camping AVE Phenix

Là, une dame très sympa nous accueille avec un bisou, paye le taxi et nous fait visiter le camping. Franchement on hallucine. C’est la 1ère fois qu’on a ce genre d’accueil dans un camping. Ce camping est super roots, on est au milieu de la forêt, les gens sont super sympa, c’est vraiment agréable.

Pour situer un peu, EL Bolson est un village qui s’est formé dans les années 1970 alors que l’argentine était en pleine dictature. Quelques hippies irréductibles se sont alors regroupés dans cette vallée fertile formant ainsi ce village où on offrait encore le terrain !!!El Bolson une petite ruelle

El Bolson vue des montagnesLa vie du village tourne autour de son marché artisanal la ‘’feria’’. Là, dans ce camping, on est vraiment tombé dans un des foyers hippies de l’époque, on est vraiment avec la familleJ. Le lendemain c’est journée tranquille. On se met à la mode locale. On fabrique des bracelets, Nadia nous apprends un nouveau nœud et en fin de journée Bat et moi partons voir le Rio Azul, de l’autre côté de la montagne. Histoire de marcher et de pêcher un peu.On se trouve un petit sentier mais vraiment un petit sentier. Ce qui est incroyable c’est que tout le long il y a des tas de fruits différents, pommes, mûres, prunes etc…. On est vraiment dans une vallée de Hippies, ça fait un peu le chemin « Alice au pays des merveilles » comme dit Toff J. En bas, il y a des petites maisons avec des moutons, des poules et une vieille voiture qui pourri dans un champ. On sent vraiment une ambiance décontractée et paisible dans ce petit village. On arrive enfin sur le rio Azul par un grand camping qui le borde. L’eau est transparente et magnifique.El Bolson Rio Azul

Ce rio est vraiment mais vraiment beau. Pendant que je pêche un peu, Bat ramasse quelques mûres sauvages avant que l’on remonte. Apres une bonne heure et demie de marche, on retrouve nos chéries qui sont allées faire quelques courses en ville pour l’assado de ce soir et tous ensemble nous cueillons plein de prunes pour notre future confiture J

Ce matin, pique nique dans le sac, nous repartons vers le rio Azul pour y passer l’après midi et essayer de pêcher un peu plus longtemps. C’est Gaeline qui prendra la 1ère truite.

El Bolson Rio Azul Gaeline pêcheUn peu petite pour être mangée malheureusement. Moi j’attraperai les 2 suivantes mais toujours trop petites. Une super journée quand même au bord de la rivière. On rejoint ensuite la ville pour faire quelques courses et on rentre au camping en fin de journée.

Le lendemain journée tranquille, film, ordi, discutions etc, car il y a beaucoup de vent et il fait froid. En fin de journée Ga va quand même faire un p’tit tour en ville avec nos 2 potes. Ce jeudi nous accompagnons Bat et Eug au bus et nous allons visiter la fameuse feria. Effectivement c’est une belle réunion de hippies mais il y a aussi de l’artisanat de très bonne qualité. On hallucine sur certains bracelets ou colliers.

El Bolson La FeriaOn trouve aussi des tartes maisons, des quiches végétariennes, des pâtés de truite et des fruits de saisons genre framboise. On part ensuite se faire une petite marche dans les environs avant de retourner au camping. Ce soir la mama fait des pizzas pour tout le monde. C’est autour de la grande table qu’on se retrouvera pour manger tous ensemble. Humm de bonnes pizzasJ. Franchement trop sympa.

El Bolson Repas au camping

Aujourd’hui on range la tente, on dit tchao à tout le monde et on tente de faire du stop pour Bariloche. 2 ou 3 heures plus tard, decouragés, on fini par se rendre à la station de bus pour rejoindre Bariloche.

Vue de Bariloche

On arrive à Bariloche en milieu de journée et là commence de grandes explications sur les prochains bus, sur les campings du coin et tout et tout. Bariloche semble être une superbe ville mais le problème c’est que tout est cher et pas à proximité. J’en viens au problème selon moi majeur de l’argentine, les transports. L’argentine est un superbe pays mais un immense pays. Il y a pleins d’endroits sauvages avec des lacs, des montagnes, des prairies, des animaux et des tas de trucs à voir, mais pour s’y rendre il faut un moyen de locomotion. Souvent les bus coûtent chers ou ne vont pas aux endroits souhaités. L’idéal serait d’avoir une voiture mais ça représente aussi un certain coût. En fait ici tout est fait pour les touristes locaux qui possèdent une voiture ou pour les touristes qui ont de l’argent, mais pour les backpackers c’est super difficile. Franchement des fois c’est un peu rageant et frustrant. Même un vélo c’est cher, 10 euros pour 3 heures de temps L.

Ah oui un autre problème ici c’est les offices de tourisme. Pas moyen de trouver un office compétent avec des gens qui parlent un peu anglais et qui donnent de bons renseignements. A force d’insister on fini par nous indiquer un camping pas trop loin ou des bus se rendent assez fréquemment. 30 min plus tard nous voilà aux portes du camping, c’est 35 pesos par personnes (le plus cher jusqu'à maintenant) et y’a pas de quoi préparer à manger. On décide donc de partir en trouver un autre parce que bien sûr on est passé à côté de plusieurs autres bien plus proches. Merci pour les bons conseils !!!!!!! On voit passer le bus, on tente de l’arrêter avec nos gros sacs au dos mais l’arrêt est quelques 100m plus loin alors le bus passe sans même nous regarder. Un peu fâchés on tente le stop, un gars super sympa nous prend, il nous amène au camping, on commence à reprendre espoir. On se retrouve alors devant une grille fermée et une dame qui ne peut pas ouvrir. Comme c’est plus les vacances il n’y a personne au camping, il faut donc attendre le doyen enfin … un peu la merde. Il fini par arriver, c’est aussi 35 pesos mais y’a une petite maison pour préparer, c’est déjà mieux, de toutes façons on a plus le choix, il fait nuit et on est crevé. Il ne faut pas oublier qu’en ce moment c’est l’automne en Argentine, les températures baissent pas mal, la nuit il fait froid et c’est agréable d’avoir une pièce pour cuisiner. L’avantage de l’automne c’est qu’il y a de très belles couleurs.

Au petit matin, on prend un bus pour la station de bus qui est toujours à l’extérieur de la ville …… ca aussi c’est super pratique !!! Et un peu fatigué pour faire du stop, on prend des tickets de bus pour la prochaine ville, San Martin de Los Andes. Pour 2 pesos de plus on passe par la route des 7 lacs et franchement ça vaut vraiment le coût. La route est magnifique.

Route des 7 lacs 2Route des 7 lacs 3Route des 7 lagons 1
Cette région de l’argentine et vraiment superbe avec ses lacs et ses montagnes ça vaut des points. Arrivés à San Martin, on se trouve un camping et on s’installe tranquillement. Ce camping n’est pas très loin de la route mais aussi au bord d’une petite rivière, ce qui est plutôt sympa.San Martin camping

San Martin est une petite ville au bord d’un grand lac, beaucoup de gens disent que ça ressemble à la Suisse, des lacs, des montagnes,….San Martin vue de la ville

Le lendemain on se fait une petite marche dans les environs jusqu'à un point de vue.San Martin vue sur le lac

Jolie petite ballade. Le sur lendemain il y a beaucoup de vent alors on passera la journée dans un café avec nos deux potes que l’on a retrouvé au camping. Au programme jeu de cartes, blog, bières et discutions. Le soir, préparation, partie de dés et dodo.

Ce matin réveil de bonheur et stop sur la route. Pour nous encourager un monsieur nous offre des pommes et des prunes trop cool J On n’attendra pas trop longtemps avant qu’un type ne s’arrête et nous pousse un peu plus loin sur la route. De là on retente le stop. 1 heure plus tard, un peu résignés, alors qu’on attend le bus, un type fini par s’arrêter et nous amène à la sortie de la ville suivante, Junin, dans un espèce de terrain en construction au bord de la route. Il nous explique que ce terrain est le siens et que si on veut on peut dormir là. Il nous dit que derrière, il y a une rivière super jolie. On le remercie et testons encore un peu le stop. Aujourd’hui il fait tellement beau que 2 heures plus tard on abandonne notre poste pour aller, sous les conseils de notre hôte, s’installer au bord de la rivière. Le monsieur n’avait vraiment pas tort, la rivière est magnifique, le coin et magnifique, il y a des vaches, des chevaux, c’est vraiment trop cool.Junin Camping sauvage 1

On s’installe tranquillement. Moi je commence à pêcher un peu. Bat nous prend la 1ère truite, cette fois, assez grande pour être mangée. En fin de journée, on change de coin pour poser nos tentes plus haut entre 2 bras de la rivière. Un vrai coin de paradis.Junin Camping sauvage

Dans la soirée les filles partent en ville pour faire quelques courses. Moi je retourne un peu à la pêche. Je prends une autre truite assez grande et plein de petites. Franchement magnifique.Junin truites

On restera ici 2 nuits à pêcher, se détendre, faire notre lessive dans la rivière (avec savon bio bien sûr) là super classeJ. Les gens qui construisent les maisons pour le monsieur nous donne de l’eau potable non vraiment c’est le bonheurJ J.

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 03-2011 ARGENTINA
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:17

Nous sommes dimanche matin, on remballe la tente et partons pour quitter la terre de feu en stop. Nous marchons quelques minutes sur la route et assez rapidement un gars s’arrête pour nous prendre… Ouha trop bien J On ne s’attendait vraiment pas à ça et encore moins aussi rapidement J Il va à Rio Grande, c’est déjà un bon bout et en plus ça nous lance dans le départ, cool. C’est un argentin qui habite à Rio Grande et qui est venu rendre visite à un pote à Ushuaia. Il est super sympa, nous arrête dans les beaux endroits (mirador, bord de lac).

Route Ushuaia El Calafate 2

Il nous amène même dans une boulangerie super connue dans un petit village pour goûter les spécialités. Il nous offre le café et on paye les pâtisseries J Il nous posera vers le début d’aprèm à Rio Grande et là un p’tit vieux chilien tout motivé nous prend pour un p’tit bout. Il écoute de la musique populaire à fond les ballons J Il est rigolo avec son béret, parle super vite et on ne comprend pas grand-chose. Il nous posera au milieu de la pampa…(sur le coup ça fait un peu bizarre….) Là un autre gars nous amène assez rapidement à la première frontière. On essaye encore pendant une heure ou deux mais on commence à être un peu fatigués et il est un peu tard pour faire encore les 5 heures jusqu’à Rio Gallegos. On décide alors de dormir à la frontière ; tout si prête, salle d’attente chauffée, gazinière pour cuisiner et même douche et toilette à dispo…que vouloir de plus et tout ça gratis J On passe la nuit avec deux vélo cyclistes qui en ont marre du vent…( c’est les douaniers qui, à 22h30 nous demandent si on veut qu’ils éteignent la lumière…on se croirait à l’internat J)

Le lendemain, c’est reparti pour le stop, on demande à toutes les voitures qui s’arrêtent à la douane pour les papiers mais beaucoup vont en direction du Chili. Un gars nous prend finalement dans son 4x4. Nous traversons toutes les frontières avec lui. C’est un agriculteur (éleveurs de moutons). Il possède 9000 bêtes, pour la viande et la laine. Nous sommes en effet dans la région de la laine…il nous explique pas mal de choses sur les exploitations (estancia), les produits finis (habits de la marque Patagonia, Benetton,…). C’est intéressant de faire du stop, on apprend plein de choses sur la vie des gens, sur l’Argentine et en plus ça nous oblige à parler espagnol, ce qui est parfait après le camping entre français J 

 Route Ushuaia El Calafate 1

Notre ami nous posera à la sortie de sa ville pour qu’on tente une nouvelle voiture pour El Calafate. (Je mets plein de noms, pour vous rendre compte des distances il faut regarder une carte du sud de l’Argentine (même du sud de la Patagonie). On nous prend vers 4 heures de l’aprèm, malheureusement le gars ne va pas à El Calafate mais dans un bled perdu à mi chemin. Nous faisons donc 1h30 avec lui et là, on se fait déposé dans ce mini village. Pas de chance la pluie et le vent nous accompagnent et nous allons nous réfugier à la station service. Là on demande à toutes les voitures qui s’arrêtent mais pas moyen, tout le monde va dans l’autre sens. On désespère un peu mais on apprend qu’un bus va passer d’ici une heure ou deux…y a plus qu’à attendre et faire le dernier bout en bus. Nous arrivons à El Calafate vers 22heures et cherchons un petit guest pour dormir en dortoir. On a besoin d’un lit et de chaud après ces semaines de camping et ce froid d’Ushuaia. Nous retrouvons par hasard nos deux compères de Puerto Madryn, qui sont arrivés le même jour que nous au même endroit, trop cool… En tout cas on est bien contents de notre aventure en stop qui nous a permis d’économiser pas mal d’argent et qui nous a aussi permis de rencontrer plein d’argentins super sympa.

El Calafate est une ville assez touristique, avec toujours sa rue principale remplie de magasins… C’est une ville où tout le monde s’arrête pour aller visiter le glacier Perito Moreno.

Perito Moreno 3

C’est un glacier énorme et sa particularité est qu’il avance. C’est un des seuls glaciers au monde qui ne recule pas. Nous décidons avec Eugénie et Baptiste de tenter le stop car le bus pour s’y rendre coute extrêmement cher soit 100 pesos par personnes (environs 20 euros). On se fait prendre par un jeune couple super sympa qui est en camion (on a un peu la nostalgie de notre camion du coupJ). Par contre ils ne vont pas au glacier et nous posent à une intersection au milieu de la pampa (eh oui encore une fois). Nous attendons une bonne heure mais personne ne passe par là. Le froid nous fait rebrousser chemin, on rentre en stop à l’auberge… Nous ne nous décourageons pas et retentons la même aventure le lendemain matin. Là une grande surprise nous attend. Un bus touristique s’arrête, on leur dit qu’on ne veut pas payer et la guide nous dit que c’est gratuit, on n’en revient pas. On a le bus avec la guide pour rien du tout. A l’entrée du parc (où il faut encore payer) la guide nous demande si on est bien étudiant, oui oui et nous payons l’entrée au tarif des étudiants argentins c’est-à-dire  15 pesos. Notre journée nous est revenue à 15 pesos chacun au lieu de 200 (3euros au lieu de 40 par personneJ). C’est la fête, on en revient toujours pas, on a vraiment eu de la chance de tomber sur ce chauffeur et cette guide super sympa. Ils nous proposent même de nous ramener après les 3 heures de visite libre du glacier.

Il y a plein de passerelles pour se promener avec différents points de vue sur le glacier. C’est vraiment énorme. Il est super imposant et magnifique.

Perito Moreno 2

Souvent on entend le bruit fracassant d’un morceau qui tombe dans l’eau. Ce n’est pas l’image qu’on peut se faire d’un glacier, il y a plein de crevasses et de relief, c’est vraiment beau avec ces différentes teintes de bleu…

Perito Moreno 1

Nous repartons tout content de la journée et impressionnés par ce qu’on a vu.

Le lendemain nous nous baladons en ville et allons vers la lagune qui borde le lac pour voir les  quelques flamands roses qui s’y prélassent.

El Calafate Laguna Nimez

Il y a énormément de vent et nous rentrerons tout stone.

Vendredi nous décidons de repartir direction El Chalten, un peu plus au nord sur la route 40 (la fameuseJ). Un gars super sympa nous prend et de nouveau nous passons un bon moment d’espagnol et de belles vues.

Route El Calafate El Chalten 2

Route El Calafate El Chalten 1

El Chalten est un tout petit village entouré de montagnes dont la plus connue est le Fizt Roy.

El Chalten

Le Fitz Roy et extrêmement connu car c’est une des montagnes les plus difficiles du monde en escalade. Il faut 24h pour atteindre le sommet en passant par la neige, la glace, la pierre et l’escalade. Très très difficile paraît-il ! Nous arrivons avec la pluie, qui nous laisse juste le temps de monter la tente. On retrouve dans le village plein de gens d’Ushuaia et toujours nos deux compères Eugénie et Bat !!! Nous partons le lendemain pour une petite marche dans la montagne. Elle nous mène à deux miradors avec de beaux points de vue sur le lac et sur le village.

Marche à El Chalten 1Marche à El Chalten 2

Le soir Toff nous confectionne une confiture de cerises (sorte de cerises). Nous faisons une soirée crêpe et bière bien sympa dans le camping. Le lendemain nous partons faire une marche d’une journée derrière les montagnes, qui offre une belle vue sur le Fitz Roy et d’autres glaciers.

Marche à El Chalten

Malheureusement le Fitz Roy ne veut pas se laisser voir en entier, il manque toujours le sommet. Depuis qu’on est arrivés, on en n’a pas vu le sommet !!! En redescendant par la forêt on s’arrête pour cueillir des « calafates » (qui se rapprochent des myrtilles).

Calafate

Le soir avec les filles on confectionne une nouvelle confiture, de calafates (gelée s’il vous plaîtJ) On galère avec les ustensiles du camping mais on fini par y arriver et la confiture est trop bonneJ. Il y a un proverbe en Argentine qui dit que si on vient en Patagonie et que l’on mange des calafates on y reviendra c’est sûr!!!! On a alors commencé par acheter la confiture, puis on en a mangé sur les arbustes et on en a fait de la confiture !!! Si avec tout ça on ne revient pas je ne sais pas ce qu’il faut !!!

Le lendemain, journée bracelets et sieste car la pluie est au rdv. Toff se décide en fin de journée pour aller pêcher dans la rivière mais il revient bredouille. On prépare plein de nourriture pour le lendemain car normalement on doit prendre un van à 6h30 pour El Bolson encore plus au nord, bien moins cher que le bus. Nous on se prend un lit dans une « cabine » en dortoir car on n’a pas trop la motive de défaire la tente en pleine nuit et toute trempée. Malheureusement on apprend juste avant d’aller dormir que le van est en panne. Ce qui veut dire encore une journée à El Chalten car le bus n’est que un jour plus  tard et qu’il est quasi impossible de faire du stop depuis ce petit village, on a vu plusieurs personnes abandonner… ce sera de nouveau une journée bracelet et détente au camping pour moi. Toff lui se re motive pour aller marcher et pêcher avec un ami. Il revient tout content, il a eu une petite truite. Trop petite il l’a relâchée, mais il est super content J Le soir on se fait une bonne soupe de légume avec tous les amigos et une p’tite soirée carte.

Mercredi c’est le départ pour le bus, juste avant, le Fitz Roy se décide enfin à se dévoiler, une belle vue avant de partir :-)

Fitz Roy

On a pris un billet pour la prochaine ville seulement en espérant pouvoir retenter le stop depuis là-bas. La route 40 est belle mais pas goudronnée tout le long. C’est pour ça aussi qu’elle n’est pas trop fréquentée. Seules quelques estancias bordent le long de la route.

Route 40 El Chalten Perito Moreno 1Route 40 El Chalten Perito Moreno 2

Nous arrivons à Perito Moreno (la ville) à environ 22h. Ne voulant pas marcher jusqu’au camping on demande à la gérante de la station service si on ne peut pas dormir dans la station de bus. Elle nous dit non mais que par contre on peut planter la tente derrière, cool. Le lendemain c’est reparti pour le stop…

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 03-2011 ARGENTINA
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 21:21

Nous sommes donc partis de Puerto Madryn direction Ushuaia. Le coucher du soleil sur ces plaines est magnifique. On a l’impression que les couleurs restent pendant des heures, c’est superbe. On aperçoit aussi pas mal de puits à pétroles parsemés dans les champs.

Pétrole sur la route

Le 1er arrêt en bus se fera à Rio Gallegos au sud de l’argentine vers 5h30 du matin. La route jusque là est comme d’hab. super plate, droite et désertique !

la route

On aperçoit quand même la mer de temps en temps ou quelques petites collines mais rien de plus. Le second bus nous prend à la gare à 8h et là tout autre chose nous attend. Tout d’abord il faut remplir les formalités de douane car nous allons transiter par le Chili. Il faut absolument déclarer toute nourriture et répondre à plein de questions. Nous arrivons à la première douane, sortie de l’Argentine. Ça se fait facilement mais c’est un peu long, le chauffeur a pris les passeports de tout le monde dans le bus. On arrive ensuite à la douane chilienne. Là tout le monde mange ses derniers fruits car on n’est pas censé amené des fruits ou légumes, du miel, de la viande,…d’Argentine. Nous on a tout un pique-nique avec nous alors on a déclaré oui sur la feuille et ça va ils ne nous ont pas embêté trop. Par contre on a entendu un couple qui a payés 160 euros pour quelques saucissons…la galèreJ

Ensuite on roule un peu. Je m’endors et tout à coup je me réveille au bord de l’eau…un peu déphasée je me dis « mais on est dans le bus pourquoi on est aussi près de l’eau ?!? » En fait on va prendre le bac avec le bus pour traverser. C’est super beau.

Bac au Chili

Peu de temps après on remet pied sur la terre. De nouveau deux frontières à passer (faut ressortir du Chili et re rentrer en Argentine…) et nous revoilà en Argentine, sur la terre de feu. Ça y est le paysage change enfin, on commence à distinguer des arbres, des petites forêts… Mais une ambiance spéciale car la plupart de ces arbres sont sans feuilles, même morts. En fait ici les arbres morts mettent très longtemps à se décomposer ce qui donne des forêts bizarres. Il y a de belles couleurs, des lacs magnifiques et enfin quelques montagnes. Ça fait du bien après tout ce plat !!! Nous arrivons à Ushuaia à la tombée du jour, ce qui entretient le suspens pour demain matin. En tout cas ça a l’air pas mal grand j’imaginais un petit village mais non… On va trouver le camping du coin pour la nuit, il est assez éloigné mais a une belle vue de la ville et du canal Beagle. Nous installons la tente, mangeons notre reste de pique-nique et dodo.

Le lendemain nous partons se promener dans Ushuaia. La ville n’est pas magnifique, c’est spécial. Les constructions sont toutes différentes, ils utilisent plein de matériaux différents pour une maison c’est étrange. Par contre le coin est superbe. Entouré de montagnes, de glacier, de forêt et du canal.

Canal Beagle

Le centre centre est assez petit avec plein de magasins et de resto, ça fait un peu ambiance de station de ski en Suisse.

Le lendemain nous partons pour une marche en direction du glacier Martial, un « p’tit » glacier qui surplombe le camping. Nous partons à travers la forêt avec Sergio, un ami colombien et Maryline, une suissesse de Nyon (fou fou on ne se connaissait pas vraiment avant mais on s’était déjà vues plein de fois à NyonJ).

vue du canal Beagle

La montée est sympathique et nous sortons de la forêt à la hauteur du haut du télésiège. Car pour les non marcheur, il y a un télésiège qui monte vers le glacier. Depuis là il faut encore bien une heure de rude montée pour atteindre l’orée du glacier.

Glacier Martial

La vue depuis là-haut est magnifique sur la vallée, la ville, le canal et les montagnes.

vue d'Ushuaia depuis le glacier Martial

Nous mangeons vite fait, car ça caille, et redescendons gentiment au camping. Une bonne journée de marche qui fait du bien.

nous deux

On rencontre plein de gens dans le camping, mais c’est incroyable le nombre de français qu’il y a. Depuis tout le voyage, c’est la première fois qu’on rencontre autant de français J

Le lendemain le temps n’est pas avec nous, il pleut beaucoup jusqu’à 16-17heures et nous en profitons alors pour aller faire quelques courses. Heureusement qu’au camping il y a des espaces communs car passer toute la journée dehors avec ce froid et cette pluie serait impossible.

Le jeudi nous allons faire un tour en bateau sur le canal.

Baracuda bateau

La vue est magnifique et nous avons de nouveau la chance de voir des lions de mer.

Canal Beagle 1

Ushuaia au loin

Lions de mer

C’est vraiment cool car le bateau est petit et nous pouvons vraiment approcher proche de l’île et les voir de tout près.

lion de mer

Lion de mer 1

Ils font des bruits étrange et se « trainent » sur les cailloux. Y en a plein et on reste pas mal de temps à les observer.

Males lion de mer

Ils sont accompagner de centaines de cormorans, c’est vraiment beau !!!

Cormorans

Cormoran

Lions de mer et cormorans

Nous allons ensuite jusqu'au phare des éclaireurs et retournons direction Ushuaia.

phare des éclaireurs

Vue d'Ushuaia

Le soir c’est grande discussions au camping, échanges d’idées, rigolades,…

Et ce matin au réveil…la surprise. De la neige parsème les champs et le dessus des montagnes. Il a grêlé cette nuit et on a vraiment eu trop froid, horrible !!! Nous passons donc la journée un peu en mode flemme car j ai envie de rester au chaud aujourd’hui. Ce froid nous paralyse J Nous en profitons pour compléter le blog et pour regarder la neige qui tombe par petite phase.

Neige au camping

Nous avions prévu de partir samedi matin en stop mais là on est découragé du froid alors on va encore faire tranquille et attendre les rayons de soleil de demain pour partir tout motivés:-)

L'histoire du stop est à suivre!!! :-)))) 

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 03-2011 ARGENTINA
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 23:33

22h de route au milieu de rien mais vraiment au milieu de rien. Des paysages plats et désertiques, seules quelques plantes pas très feuillues. La route est quand même belle car elle longue la mer mais c’est assez monotone. L’arrivé à  Puerto Madryn est vraiment bizarre car cette ville semble désertique. On dirait une ville de western avec la poussière, le vent, manque plus que les salons avec leurs portes qui claquentJ. Le centre ville est quand même plus joli et dynamique. On fait quelques courses et on prend le bus pour un camping qui se trouve à 4 km de la ville. Le temps de s’installer, de préparer à manger et de faire connaissance avec les voisins et il est tant d’aller dormir.

Ce matin Batiste et Eugénie, 2 français bien motivés, viennent s’installer sur notre emplacement, histoire de payer un peu moins cher.Camping a Puerto Madryn

Ce sera une journée bracelets, visite du centre et prise de renseignements sur les excursions que proposent les agences. Ici il est difficile de ne pas prendre un tour si on n’a pas de voiture. Et il faut être au moins 4 pour qu’une location de voiture vaille le coup. Le soir on se fait notre 1er BBC (nous-mêmes) en Argentine, quoi de plus normal ? C’est hallucinant de voir les kg de viandes qui sont cuits tous les soirs sur les barbecs du camping. Les deux jours suivants seront des journées plutôt tranquilles. Il fait beau mais il y a beaucoup de vent et c’est difficile de se motiver. Le camping et super, on passe beaucoup de temps à discuter avec des gens de tous bord. On a aussi beaucoup de mal à choisir notre excursion car les tarifs sont assez élevés et les possibilités diverses, il faut faire un choix, on ne peut pas tout faire. On fait donc des allés et retour en ville, je me fais une petite baignade dans cette belle mer plutôt froide et on passe du temps à faire des bracelets.Puerto Madryn

Après décision, nous partons pour le parc national de la Péninsule Valdés. Ça y est on a réussi à se motiver J Le bus vient nous chercher au camping vers 8h15 et c’est parti. On s’arrête en 1er dans une sorte de petit musée où on a quelques explications sur les espèces vivant sur la péninsule. Non loin de là on apercois typique du parc, le Mara, une éspèces de chien lièvre ...... trop fort 

Mara (lievre chien)

Ensuite on fait 30 min de piste pour aller voir les lions de mer. Sur une plage du parc se prélasse des dizaines de lions de mer.

lions de mer plage

C’est vraiment magnifique, on passe 30 min à les observer, il y a toute la famille, des males, des femelles et des petits. Les males sont énormes et pèsent environ 300kg alors que les femelles plus petites pèsent environ 150kg. Chaque male peut avoir 10 à 15 femelles et si un autre male arrive à le battre alors il prend sa place et donc toutes les femelles. Par contre ils ont vraiment l’air fainéant, ils font 3 mètres et s’étalent sur la plage, c’est drôle ! C’est vrai qu’ils n’ont pas de chance avec leur espèce de queue et leurs pates avant, ça ne doit pas être facile de se déplacer. 

Lions de mer

Après les lions de mer on reprend le bus pour de nouveau environ 30 min et on va voir les pingouins. On en voit d’abord au loin sur l’autre côte de la baie. Comme des tas de petits points noirs. Trop bien mais ils sont super loin. Le bus s’arrête alors, et là au bord d’une petite barrière, se trouve une colonie de pingouins. Comme les lions de mer, ils sont là tranquille entrain de se faire bronzer sans activité particulière.

Pingouins 2

A droite on a le papa, à gauche la maman et au milieu le petit 

Certains se baignent un peu mais la majorité est là, debout, à attendre.

Ça doit être long les journées pour eux  Ils sont vraiment trop beaux en tous cas. De nouveau il y a les males, les femelles et les petits. Les petits ont une peau particulière qui n’est pas ‘’waterproof’’, ils doivent attendre de grandir pour pouvoir partir en mer, ils changent de plumage (eh oui les pingouins ont des plumes).Pingouins 1

Cette colonie passe 6 mois à cet endroit pour faire des bébés, s’accoupler et se reposer et les autres 6 mois ils se déplacent vers Rio de Janeiro pour manger et prendre des forces. Un pingouin peut nager 600km pour aller chercher de la nourriture. Il peut alors s’absenter du nid pendant 20 jours. Les pingouins ont un nid et d’année en année retournent toujours à ce même nid. Le couple pingouins reste toute sa vie ensemble, un partenaire pour la vie. Si la femelle pingouins meurt, elle peut retrouver un male alors que si le male meurt il restera seul pour la fin de sa vie. C’est trop cool de voir des pingouins, ils sont trop rigolo quand ils marchent ou quand ils nagent. On ne restera malheureusement pas très longtemps dans ce coin mais juste avant de reprendre le bus on aprecois un animal plutôt drôle lui aussi : Le tatouTatou

On reprend donc le bus pour aller voir les éléphants de mer qui ne sont pas très loin. Au début on voit 4 grosses taches au bord de la plage mais en s’approchant un peu, les grosses taches se transforment en gros animaux ! Les éléphants de mer sont beaucoup plus gros que les lions de mer, les males peuvent atteindre 4 tonnes mais en général ils pèsent 2 tonnes. Malheureusement  nous ne verrons que 4 spécimens qui sont des bébés déjà bien gros mais que des bébés. C’est beaucoup moins impressionnant que les lions ou les pingouins car ils sont assez loin et il n’y en a pas beaucoup. Par contre deux vont dans l’eau et jouent ensemble pendant longtemps ce qui est très beau à voir. Sur ce coup là on a eu la chance.

Elephant de mer

Après cela le bus nous amène dans un petit village pour prendre notre repas et nous détendre un peu. Je vais me faire un petit plouf dans l’eau en espérant voir quelques poissons multicolores mais rien de tout cela, que de l’eau transparente et froide. Ha si, quelques escargots de mer quand même. On retourne ensuite en ville, on prend nos tickets de bus pour Ushuaia et rentrons au camping la tête pleine de belles images.

Au petit matin, nous préparons nos sacs, plions la tente et partons pour la station de bus. Quelques commissions pour la route et départ à 10h30 pour de longues heures de bus. 

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 03-2011 ARGENTINA
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 23:12

Nous arrivons à Buenos Aires le lendemain vers 11h. On fait un petit tour de la gare routière pour prendre quelques renseignements pour la ville suivante. On prend un bus de ville avec les indications de nos futures hôtes « Our address is Granaderos 856 PB A. If you arrive to Retiro Bus Station, you can take the bus number 106 and drop out the bus in Gaona and Boyacá, that is, Gaona at 2700 (The bus goes along Gaona). From there on you have to walk by Boyacá up to Neuquén and turn right up to Granaderos, 30mts from there is our house. » Et une heure plus tard nous voilà sans difficulté devant la maison de Mariana et Gaston (souvent on se demande comment!!! heureusement que Gaeline et là si non je serai perdu à chaque fois). Gaston nous accueille et nous fait visiter la maison. On discute beaucoup et nous nous mettons gentiment à l’aise. En milieu de journée, on va faire un petit tour du quartier et faire quelques courses, le soir on se fait une bonne discussion autour d’un bon repas. Vers 23h Mariana propose un désert. Il faut savoir que les argentins sont fans de glaces. Et comme on est lundi, il y a des promotions jusqu’à minuit sur les glaces, pour 1kg acheté, tu en as 2 … pas mal non ? Tu as le droit à 4 parfums par kg et ils viennent te l’amener à la maison. Cool la ville. Trop fort on continue de plus en plus à aimer l’ArgentineJ. 

Le lendemain une nouvelle activité nous attend, le dentiste. Christophe a mal aux dents depuis un bon moment et on attendait d’être à Buenos Aires car on avait le contact d’une dentiste par mon voisin argentin. C’est donc parti pour une opération d’amalgame et la découverte d’une carie. Nous partons ensuite pour le centre. On marche beaucoup et découvrons l’architecture de Buenos Aires. C’est une ville sympa mais sans plus pour nous. L’architecture n’est pas si spéciale. Par contre les gens sont super. Je pense que la vie nocturne est un des must de Buenos Aires. Mais là c’est le jour !!! On se balade dans les grandes avenues et on passe par la plus grande avenue (en largeur) du monde. Je n’sais pas combien de voies…c’est impressionnant.

Obelisque

Au milieu, un des symboles de la capitale, un énorme obélisque. On va aussi se balader dans les quartiers des bâtiments administratifs assez jolis. Le palais des congrès est aussi impressionnant.Palais des congres

Pour rentrer à la maison on prend le métro. A Buenos Aires, le métro est assez old style, il n’a pas été refait depuis les années 80. C’est tout en bois et assez pittoresque.

Metro à Buenos Aires

Le mercredi on a le contre coup du voyage, on est assez crevé. Ce sera donc une journée tranquille avec écriture du blog, préparation d’un bon repas de midi avec Gaston et Mariana et sieste. Le soir nous sommes invités chez la cousine de Mariana, Dana, qu’on avait rencontrée au Brésil. On passe une super soirée avec un autre couchsurfeur et nos deux couples argentins. Dana nous a même préparés des pates maisons, la classe.

Le jeudi c’est reparti pour le dentiste (un nouveau car notre amie est trop prise cette semaine) car Toff s’est repèté un nouvel amalgame en ouvrant une bouteille avec les dents…pas bien J tout se passe bien pour l’amalgame mais le dentiste n’a pas le temps aujourd’hui pour la carie, donc nouveau rendez-vous samedi, la galère cette semaine dentiste !!! Nous partons l’après-midi visiter le quartier de la Boca, un quartier bien touristique. C’est en fait deux rues avec des maisons de couleurs vives. C’est super joli mais vraiment trop touristique avec plein de petits restos chères et des danses de Tango.


La boca 1

La boca 2

On se faufile un peu dans le quartier, hors des deux fameuses rues, mais il n’y a vraiment rien d’exceptionnel ici, c’est plutôt un quartier populaire et pauvre à la base !!! Suite du programme, achat de matos de camping. Eh oui en Argentine, il y a vraiment beaucoup de camping et c’est bien moins cher que des dortoirs. En plus ça risque d’être super sympa de faire du camping, encore un autre mode de voyage…On est bien motivé par l’idée. On se trouve donc une tente, des sacs de couchages et les matelas de sol. On est paré pour la nouvelle aventure camping et le tout pas si cher que ça (110 euros), cool.

Le lendemain nous partons pour la poste pour enfin envoyer un colis de 3 kilos de graines, de livre, de cadeaux… C’était censé allégé le sac mais avec l’achat de la tente, c’est pas gagnéJ. On part ensuite marché vers une curiosité architecturale, une espèce de fleur en métal.

La fleure

Ensuite, nous allons en direction du cimetière de Ricolleta. C’est rigolo c’est comme à Paris, le cimetière est plein de gens qui le visite. J’étais pas super motiv à la base mais en fait je suis bien contente d’y être allée. C’est plein de tombes, de minis églises et de mausolée.Cimetiere 1

C’est vraiment impressionnant. Ça doit couter super cher pour les familles enterrées là. Bref une sensation bizarre, c’est quand même un cimetière, mais c’était intéressant de voir ces différents tombeaux. Le soir on se prévoit un barbecue avec Mariana Gaston et un de leurs amis, le fameux « assado » argentin. On achète pas mal de viandes et de chorizo et plein de légumes à griller. Et c’est la teuf de la nourriture…mmmmhhh. La photo parle d’elle-même, ça donne envie non ??? J

Asado

Ah oui, j'oubliai, en Argentine les patates, les oignons et les aubergines c'est direct dans le feu !!

Mariana et Gaston

Le samedi re dentiste. Cette fois Toff en a marre, il ne veut pas y aller…mais aller c est normalement la dernière fois. L’après midi serra tranquille car après l’anesthésie le mal se réveille et Toff est tout pas bien. Un petit film et un gros dodo !!!

Nous avons prévu de partir ce soir pour une ville plus au sud sur la côte, Puerto Madryn. Nous passons notre dernière journée tranquille à la maison avec nos deux hôtes avec qui nous avons vraiment bien sympathisé. On se fait un dernier repas, on prépare nos sandwich pour le bus (car cette fois on a pris le moins cher et sans nourriture) et vers 18 heures c’est les aux revoir.

On a eu une impression mitigée de Buenos Aires. C’est une ville qui ressemble beaucoup à chez nous, on dit même d’une rue qu’elle a l’architecture de Paris. On ne s’est pas trop sentit dépaysé. Les gens sont super c’est sur. On voit beaucoup de théâtres qui affichent des spectacles de Tango. Niveau nourriture on voit beaucoup de pizza, d’empanadas (sorte de chausson salé), et bien sûr le fameux assado qui nous accompagnera tout au long de l’Argentine. On a profité de cette semaine pour se reposer pas mal et reprendre des forces pour la suite de l’aventure. 

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 03-2011 ARGENTINA
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 22:39

 

Aujourd’hui nous partons pour l’argentine, le pays que je rêve de visiter depuis quelques années. Même si la frontière n’est pas si loin, il faut quand même s’y rendre et c’est pas toujours facile. On prendra d’abord un bus gratuit, puis un autre qui nous laissera sur  le bon chemin. De là on attend le fameux bus du nouveau monde J 30 min plus tard voila notre collectivo qui arrive. On prend ce bus jusqu'à la frontière Brésilienne où on doit faire le tampon de sortie, on attend de nouveau le bus suivant jusqu'à la frontière de l’Argentine  où on doit faire notre tampon d’entrée. Ça y est on est officiellement en ArgentineJ. On doit encore attendre le prochain bus qui nous amènera dans la petite ville de Puerto d’Iguaçu. Plein de bus tout ça pour quelques kilomètres…Vers 14h on arrive enfin au centre ville. Le temps de retirer de l’argent, de manger un morceau et de prendre un autre collectivo pour se rendre dans le camping le plus proche. On remarque de suite quelques différences entre le Brésil et l’Argentine. C’est incroyable ce que peux provoquer une frontière. On voit tout le monde avec le fameux maté (infusion d’herbes), des gros morceaux de viande entrain de cuire au bord du feu. Les constructions sont différentes, la langue, la monnaie et aussi les prix changent, enfin c’est tout autre chose. La dame du camping est très sympa et on trouve une petite place pour nos 4 hamacs car nous sommes toujours avec nos 2 amis italiensJ. On passera la fin de journée à trainer au camping et à faire des ploufs dans la piscineJ. Le soir on va quand même faire quelques activités en ville et manger un bon steak argentin.

Ce matin nous partons pour le 1er lieu mythique d’Argentine, les chutes d’Iguaçu. Ce sont quelques 2,5 km de chutes classées au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Le collectivo où bus local nous amène au porte du parc et après s’être « libéré » de quelques 100 pesos (20 euros) chacun on rentre sur le site. Il y a quelques sentiers où on peut marcher tranquillement. On nous conseille de prendre d’abord le grand sentier qui longe les chutes depuis le bas pour se mettre en appétit et finir la journée par le plus exceptionnel, le petit sentier qui passe au dessus des chutes. On prend donc le grand sentier et après quelques mètres on se trouve nez à nez avec des petits Coati trop mignon qui essayent de chopper tout ce qui se mange dans les sacs des touristes. Ils sont trop forts, on les observe un bon moment mais bon il faut qu’on continue un peu.Coati

En descendant un bon escalier nous voilà sur des passerelles en bois et quelle surprise, les 1ères chutes qui sont déjà bien grandes et super impressionnantes. Ensuite on aperçoit au loin la chute du diable (la plus grande du coin), stupéfaits on prend les 1ère photos.Chute du diable 2

Plus loin c’est une série de chutes très impressionnantes, on ne peut même pas les décrire, tant c’est impressionnant. C’est incroyable car les passerelles longent les chutes.

Grande chute 1

Grande chute 2

 

 

Il y en a même une qui amène pratiquement en-dessous d’une grosse cascade, c’est la douche assurée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les passerelles on voit aussi de très beaux oiseaux et on a la chance de voir de loin un toucan, magnifique ! En remontant vers le petit sentier on se retrouve au dessus des chutes …. quelle beauté. On distingue alors les gens en bas qui sont tout petits. De là aussi, la vue est magnifique, c’est des milliers de m3 d’eau qui passent par seconde, juste trop bienJ. Après avoir marché sur les passerelles au dessus des chutes, on prend le train écologique pour aller voir la plus grande de toutes les chutes, la chute du diable. De nouveau une passerelle super longue nous amène au dessus de la chute mais entre temps la pluie nous a attrapés et nous sommes maintenant complètement trempés. Tant pis, quoi qu’il en soit on y va. Alors arrivés au dessus de la chute on ne sait plus si c’est la pluie qui nous mouille ou les geysers d’eau de la cascade. La chute est tellement grande que l’eau qui arrive en bas est à moitié poussière d’eau et remonte tel un geyser c’est réellement dément. Par chance la pluie commence à cesser et comme tout le monde a fuit la pluie on se retrouve presque seuls devant cette merveille de la nature.Chute du diable 1

Il ne faut quand même pas oublier que si c’est un lieu unique ça intéresse beaucoup de gens et donc il y a beaucoup de gens sur le site. Ce qui est bien c’est que le site et grand et bien organisé. Ça fluidifie le tout. Après 5 ou 6 heures de visite et des images incroyables pleines la tête on retourne au bus en pensant à nos hamacs qui sont restés dehors !!!! Arrivés au camping les hamacs ne sont pas si mouillés que ça on pourra donc dormir dehors ce soir ! Avec nos voisins de camping et toujours nos 2 italiens, on part manger un bon morceau de steak dans un petit resto. Au menu et pour 10 euros par personnes on nous servira un plat de frite, une salade et de la viande à volontéJ. Trop bien J Par contre cette fois il recommence à pleuvoir alors qu’on se lèche les doigts de ce bon repas. C’est sûr les hamacs sont trempés, il faut qu’on trouve une autre solution !!! De retour au camping on réveille la réceptionniste qui nous donne une chambre-dortoir pour la nuit ooouuuufffff J.

 Ce matin nous préparons nos sacs, une fois de plus, car ce soir nous partons pour la capitale Buenos Aires. On met aussi nos affaires à sécher car tout est bien mouillé !! Après cela nous allons voir le totem de l’Argentine sur la route des 3 frontières.

Les 3 frontieres 1

C’est un genre d’obélisque peint aux couleurs de l’Argentine au bord du rio Iguaçu. Ce qui est intéressant dans ce lieu c’est qu’on voit le Brésil (à droite) et le Paraguay (à Gauche) et donc les totems de ces 2 pays respectifs. Chacun des 3 pays est partagé par une rivière (appelé rio en espagnol et portugais). Le rio Iguaçu et le rio Parana.

Les 3 frontieres 2

Nous retournons chercher nos affaires au camping et dire en revoir à nos potes et départ pour la station de bus. A 17h, le bus pour la capitale part et nous voilà de nouveau sur la route.  C’est notre 1er bus en Argentine et ici il y a beaucoup de différence entre les bus, tu as le cama total, le cama, le semi cama et le commun. Bien sûr les tarifs varient en fonction du bus. En résumé dans le cama total (cher) tu as comme un lit et beaucoup de place alors que le commun tu peux juste incliner un peu ton siège et y’a moins de place. Nous on a prit le moyen de gamme soit le semi cama, avec la nourriture compriseJ.

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 03-2011 ARGENTINA
commenter cet article