Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 13:53

Ne voulant pas quitter le Ghana sans avoir vu le lac Volta nous remontons par une route, qui se fini en piste (ça ce n’était pas écrit sur la carte) et qui se révèle être bien bien pourrie. On fini par prendre 2 personnes avec nous et arrivons gentiment sur le pont qui traverse la Volta. Nous décidons d’aller voir le barrage avant la nuit et nous retrouvolac-Volta.jpgns à l’embarcadère d’un bateau de croisière pour le week-end. Là un gardien surveille les lieux les jours de congés du bateau. Nous lui demandons gentiment si nous pouvons dormir sur le parking. « yes, sure no problem », y a jamais de problèmes en Afrique  cet homme est très très sympathique, il nous fait visiter tout le bateau et nous avons de bonnes discussions. Le barrage sur le Volta est énorme et fourni une grande part de l’électricité du Ghana et ce barrage a donné naissance au plus grand lac artificiel du monde. Ce lac est vraiment impressionnant et les lumières très belles. Pour manger quelques choses avant le dodo nous allons vite un coup en ville (Akosombo). Cette ville est du jamais vu, bien construite elle abritait autre fois tous les ouvriers pour la construction du barrage. Rue parallèles, perpendiculaires et toutes les maisons pareilles, ça fait un peu penser au nord de la France avec Germinal et ces anciens quartiers ouvriers…   

barrage.jpg

On ne regrette pas d’avoir fait ce chemin pour voir le barrage et finir en beauté au Ghana. Nous décidons de passer une frontière plus au nord de Lomé, la capitale togolaise, pour éviter les énormes frontières. Effectivement la frontière que nous avons choisie est petite et la route qui y mène est de nouveau rouge, donc de terre et nous nous disons qu’on ne pouvait pas quitter le Ghana sans une dernière route pourrie 

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 05-2010 GHANA
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:49

On reprend cette fois la route d’Accra, la capitale. On se dit qu’il faut qu’on fasse un arrêt dodo et une acclimatation douce car on ne peut pas passer d’une plage déserte à une capitale en une journée. Le clache est trop violent. A 30 km d’Accra au village de Krocrobite, on trouve un petit guest au bord de mer qui accepte les campeurs. Ce sera bien pour se réaclimater. Evidement c’est joli mais il y a beaucoup de bateaux et beaucoup de marchand ambulant qui veulent nous vendre n’importe quoi. Les ``rasta, rasta, respect, come come, one love…..’’ reprennent de bon train. L’ambiance est quand même plutôt cool et fallait pas s’attendre à moins que ça. On sympathise quand même bien avec les 2 gardiens et le barman. La soirée se passera dans le camion avec un bon film car une forte pluie est arrivée pour nous rafraîchir.

Ce matin départ pour la capitale avec 2 missions primordiale la 1ère trouver un garage car le camion semble pencher fortement d’un côté, la 2ème se renseigner s’y il a des bateaux qui traversent l’océan pour l’Amérique du sud. Il est environ 11 heure du matin lorsqu’on trouve un garage. Le mécano nous dit qu’il faut changer les amortisseurs car ils sont vraiment morts. Après renseignements il nous dit que ça fait 180 pour un donc 360 les deux. On discute pas mal est au final on tombe d’accord pour 300 Ghana cedis travail compris (200 euros environs). Nous qui avions fait un peu d’économie sur notre petite plage eh ben bam le camion nous rappelle à l’ordre. A 5 heures du soir le camion est enfin complètement remonté mais là surprise…..il penche toujours fortement. Ils redémontent tout et nous expliquent qu’en roulant avec un amortisseur H.S on a cassé une grosse pièce qui supporte toute la voiture, une sorte de gros ressort qui fait toute la largeur. reparation-camion.jpgLe camion est de nouveau perché sur ces 2 plots de bois et il va falloir que l’on patiente jusqu’au lendemain car il fait maintenant nuit. Cool cette 1ère journée à la capitale. En plus il faut que l’on rajoute 150 Ghana cedis pour cette pièce H.S. Bon comme y’a pas d’autre moyen on dormira là cette nuit. Un gars nous accompagne pour aller chercher à manger et retirer des sous car on a plus rien évidement. Les apprentis, qui dorment sur place aussi, nous apporte un sceau pour se doucher, la classe une nuit gratuite dans un garage d’Accra.

Il faut encore attendre jusqu'à 14h pour retrouver notre camion en parfait état de marche. Les africains et la mécanique nous surprendrons toujours, ça c’est sur. Ils ont travaillés plus de 10 heures pour gagner 10 euros et en plus c’est du bon travail, hallucinant. Allez allons visiter un peu cette capitale. Les boulevards menant au centre ville paraissent interminable. Il faut dire que cette ville est plus grosse que Bamako alors imaginer un peu. On remarque quand même que les routes sont bien construites, il y a des doubles files et des feux rouges. Autour de nous pas de terre mais des maisons en béton et une population qui a l’air assez dense. On arrive enfin au centre qui se trouve au bord de mer, trop fort. On visite une grande cathédrale, le grand marché et quelques quartiers aux alentours. Rien avoir avec Bamako et son bordel quotidien. C’est vrai qu’il y a beaucoup de monde mais le marché et grand et bien aéré, on peut s’y balader tranquillement. Autour de nous il y a de moyens bâtiments à étages remplis eux aussi de magasins en tous genres et les rues sont toutes bitumées. Les bonjours et les sourires sont aussi présents. On aime bien cette capitale plutôt accueillante et bien construite. Des fois on se croirait en Angleterre ou dans certains quartiers de new-York.

  accra marche

Comme nous n’avons pas envie de dormir en pleine ville nous longeons un peu la côte, passons à côté des hôtels les plus luxe d’Accra, au bord de l’eau, mais bien hors budget pour nous !!! Un peu plus loin on trouve un petit resto-guest bien sympa, avec un grand parking pour « camper » et on aura même la chance d’assister à un concert en mangeant, la classe :-)

Ce matin c’est parti pour la découverte du port de Tema (à côté d’Accra) pour aller à la pêche aux renseignements. Tâche qui se trouve loin d’être facile, c’est tellement grand qu’on ne sait pas où aller. Après quelques renseignements pas très concluant nous décidons de longer encore la côte pour se faire une dernière nuit au bord de l’eau (quand on retrouve l’océan après tout ces mois secs on a plus envie de le quitter !!!) on se retrouve sur une petite langue de terre mais impossible de trouver un endroit vraiment au bord de l’eau, tant pis la pluie s’annonce forte alors on opte pour un ptit guest dans un village, sans la mer :-)

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 05-2010 GHANA
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 19:59

dixcove

La route est encore longue pour le guest house qu’on a entendu parler, axé sur l’éco tourisme, pas d’électricité, panneaux solaires, WC sec, récupération d’eau etc. et ou il y a de belles plages. Après 3 heures de route nous voilà de nouveau devant la mer dans un petit village.

 grenn t route

On voit alors les panneaux Green Turtle, la route s’arrête alors et la piste commence ! Chouette on aime tellement ça ! On met encore 45 min pour faire les 15 derniers km car la piste est comme d’hab super pourrie, on se demande même comment le camion peux passer à certain endroit. Il faut quand même dire que cette piste qui longue la mer est vraiment magnifique mais on se demande vraiment où on va car il n’y a pas de village et personne à l’horizon.

Ca y est, le Green Turtle est en vue on rentre le camion sur le sable, la mer est toujours là c’est vraiment paradisiaque ! On installe le camion à côté de deux jeunes qui eux aussi on fait la route depuis l’Europe. On ouvre les portes arrière du camion sur le sable et la mer qui sont juste là !

camion green T

On pense que c’est une des plus belles plages que l’on ai vu de notre vie. Personne à par quelques touristes. Le 1er village est à 20 min de marche du guest. Ambiance plutôt tranquille, calme et repos sont au goût du jour. On se prépare un petit repas et après une petite sucrerie au bar on va faire un gros dodo bercé par le bruit des vagues. Au petit matin on va se baigner, on déjeune, on sympathise avec les 2 jeunes, un allemand et un néo-zéllandais qui habite en Suède et on va faire un tour dans le petit village à côté. Là-bas, on trouve un panier de 10 langoustes qu’on paye 6 Ghana cedis (4 euros), parfait pour le repas du soir  en plus notre ami Allemand est cuisinier de métier, encore mieux pour un diner presque parfait .

langoustes

repas langoustes 

La journée se passe alors alternée de baignades et de discutions. Il fait, de plus, bien beau et le soleil n’est pas si fort qu’au Burkina par exemple. Il y a, comme souvent au bord de mer, beaucoup de vent. La nuit est aussi clémente car ce fameux vent nous rafraichi bien. C’est un peu des vacances dans les vacances  On se dit que si certains touristes qui atterrissent à Accra (la capitale) viennent passer 2 ou 3 semaines là, pour eux ce sera le paradis (ce qui est vrai) mais cela ne reflète pas vraiment la vie en Afrique et les difficultés qu’on y rencontre. De jours en jours on se dit qu’on part demain mais on est tellement bien qu’on a du mal à décoller. On restera 5 jours dans ce coin de paradis.

grenn T

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 05-2010 GHANA
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 19:43

Nous partons pour le Kakum national parc à une trentaine de kilomètres de Cape Coast. Ce parc est connu pour sa « canope walk », une marche à travers les arbres, à une hauteur de 30 mètres. Ces passerelles ont été construites pour permettre aux scientifiques d’observer les animaux depuis en haut sans se faire repérer en y passant beaucoup de temps. Arrivée au parc naturel le directeur nous explique que pour dormir au camping ou sur le parking mais dans notre camion, il faut payer plus cher que dans une chambre. Pour lui, dormir dans la forêt c’est une expérience unique ! En faite il nous propose 20 ghanas cedis et après une bonne discussion, 18 ghanas cedis car il faut aussi nous protéger des animaux! En somme pour dormir au bort de la mer on a payé moitié prix et le cadre était vraiment meilleur. On se marre bien et décidons de revenir le lendemain. A deux cents mètres de là je vois un rasta, lui demande l’hospitalité et il nous trouve une place pour le camion gratos J En plus ils sont vraiment trop cool et on jouera aux cartes avec eux toute la soirée :-) Il faut savoir qu’au Ghana tout le temps les gens m’appelle ``rasta, rasta‘’ me disent ``respect’’ viennent me faire un tampon ou je ne sais quoi c’est cool mais quand c’est tout le temps c’est des fois un peu chiant. Alors si je peux profiter de ça de temps en temps ben tant mieux !

canope-walk.jpg« Malheureusement »pour nous c’est  le week-end et au Ghana, le week-end est synonyme de sortie des classes et de promenades touristiques. Nous nous retrouvons alors avec une 30taine d’élèves et partons pour une petite marche avant d’arriver à ces fameuses passerelles dans les arbres. La hauteur est impressionnante et l’équilibre pas facile. Il ne faut pas avoir le vertige et la plupart des gens se tiennent des deux mains. C’est super impressionnant d’être perché en haut des arbres et de voir comment sont accrochées les passerelles, de suivre le câble de haut en bas sans en voir la fin, tout ça en toute sécurité, mais tout de même bien impressionnant. On se sent tout petit face à cette immense forêt vue par la cime de ces énormes arbres. C’était rigolo de partager une « sortie de classe » avec les ghanéens :-) 

kakum.jpg

On reprend la route direction la mer et sur le chemin nous nous arrêtons dans un petit zoo tenu par un couple d’hollandais très funky et on apprend encore beaucoup de choses sur les animaux qui vivent dans cette région.

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 05-2010 GHANA
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 19:22

Depuis Kumasi nous décidons de tracer vers le sud et de trouver enfin l’océan. Comme ça fait du bien de retrouver cette étendue d’eau après ces mois passés dans ces pays secs. On pourrait passer des heures à juste regarder les vagues et cette eau infinie. On trouve un petit campement au bord de l’eau. Le premier matin, Toff aperçoit des pêcheurs qui tirent un filet. Curieux et passionné de pêche il va leur donner un coup de main. filet-peche.jpg

Cela ne semble pas facile du tout, et ça dure une bonne heure. Tout ces efforts pour avoir quelques poissons…et des déchets en prime :-).   

 

peche 2 Cape Cpeche Cape C

Petit tour au marché où nous trouvons quelques langoustes…mmmhh nous les faisons bouillir et que du régal, des langoustes toutes fraîches qui nous ont coûté 4  ghanas cedis (environ 2 euros pour 4 langoustes !!!), mangées au bord de l’océan à côté de notre camion-maison J Le lendemain on fait un plouf et allons visiter le château de Cape Coast. Il retrace l’histoire de la traite des esclaves et de l’occupation hollandaise et anglaise. Avec une guide bien sympa nous visitons la plupart des pièces du château perché sur les rochers. Les salles et bureaux des occupants sont tellement vastes comparé aux endroits où étaient entassés les esclaves. Nous pouvons descendre dans les donjons où ceux-ci étaient « installés » en attendant d’être envoyés dans le nouveau monde et les îles alentours. Des pièces humides avec seulement 4 murs. Il n’y avait absolument pas de lumière, simplement un petit trou dans le mur tout en haut. C’était le seul trou pour avoir un peu d’air et permettre à l’eau de pluie de rentrer afin de « nettoyer » un peu la pièce. L’hygiène devait être terrible dans ces salles. On leur apportait à manger là et ils ne sortaient jamais. Pas de douche, les esclaves se lavaient une seule fois avant d’entrer dans le fort, et pas de toilettes, tout était fait à même le sol. Ils étaient plus de deux milles entassés là c’est vraiment terrible, on en a des frissons. Les femmes et les enfants se trouvaient ensemble et les hommes d’un autre côté du fort. Les esclaves restaient 3 mois maximum et étaient ensuite conduits à travers un tunnel (toujours sans lumière) jusqu’à une porte appelée « la porte sans retour ». Cette porte donnait sur l’océan où un bateau les attendait et c’était alors parti pour la traversée. Malheureusement, les conditions de vie sur le navire n’étaient pas meilleures et beaucoup de personnes ont trouvés la mort lors de ces traversées. Arrivés en Amérique ils étaient encore traités comme des animaux et vendus aux enchères pour travailler souvent dans les champs, ou comme personnel de maison.

cape-coast-chateau.jpg C’est une histoire qui fait mal au cœur et de se trouver là-bas nous fait nous rendre compte de ce que nos ancêtres ont pu faire. Mais comme l’a si bien dit la guide, il faut raconter cette histoire, pour ne jamais refaire la même erreur et ne pas garder de haine entre les différentes ethnies d’aujourd’hui. Pour compléter la visite un musée très bien fourni avec des explications claires et des archives bien conservées.

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 05-2010 GHANA
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 14:09

Après ces quelques jours paisibles au parc et au bord du lac nous voilà parti pour visiter la ville de Kumasi.  Comme nous arrivons un dimanche, la ville semble assez calme et il y a beaucoup moins de bouchons que lorsqu’on l’avait traversée. On trouve une sympathique chambre dans un presbytère et partons pour le grand marché. marché Kumasi

Ouahhh c’est un marché complètement dingue, avec des stands partout en vrac et du monde dans tous les coins. Il s’étend autour des anciens rails et il faut faire bien attention où on pose les pieds ! Des kilomètres de chaussures, de sacs, d’habits, de nourriture, le tout sous des toits ondulés et en plein air.

marche Kumasi rail

 On pourrait se promener toute une journée sans passer deux fois au même endroit, mais c’est bien trop fatiguant et après deux heures déjà, on en voit de toutes les couleurs.

Nous visitons aussi le musée sur la culture Ashanti. On nous explique les objets réservés aux rois, les tabourets royaux sacrés, les gris gris pour la guerre (contre les anglais), les différents objets en bronze qui représentaient la monnaies locale dans le temps (chaque figurine représente quelque chose et correspond en fait à un certain poids d’or). Ils ont su garder les objets intacts et la plupart sont des originaux. Les tissus sont magnifiques et nous sommes impressionnés par les « paladins », ces chaises où le roi se couche et se fait transporter pour éviter de toucher parterre.

Kumasi est une ville pas mal étendue et les avenues sont bien tracées, il y a même des trottoirs et des places de parking, ce qui nous étonne beaucoup. Kumasi A Bamako et Ouaga il n’y a pas ça  il y a je ne sais combien de banque et de belles constructions, en tout cas les villes au Ghana semblent bien plus structurées que celles de tous les pays que nous avons traversés jusque là.  Par contre les routes du Ghana oulàlà !!! Même la route principale qui traverse le Ghana de haut en bas est en construction, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soit. Mais la piste qu’on utilise en attendant la finition de cette route est vraiment vraiment en mauvais état. Du coup on ne peut jamais avoir un timing, souvent pour faire 200km il nous faut en tout cas 4 heures 

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 05-2010 GHANA
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 13:17

Nous nous arrêtons dans une petite ville près d’une cascade. La journée il nous faut vider tout le camion car la piste du parc nous a remplis de poussière. Après quoi, nous partons pour la cascade, très belles chutes d’eau mais moins agréable que celles du Burkina pour faire un plouf. Les petites algues ayant envahi le fond, je manque de me casser une épaule en faisant un magnifique glissement et vol par terre.

toff-pot-echap.jpg

 

Nous allons ensuite pour la énième fois au garage pour ressouder le pot (l’ensemble du pot) qui nous a lâcher sur la piste du Mole parc. Ça y est le camion ne fait plus un bruit de tracteur (ce qui rendait Toff quand même tout content en faisant vrombir le moteur hihi :-)

 

  Départ pour le lac Bosumtwi en dessous de Kumasi. La traversée de la ville ne se fait pas sans difficultés car les indications n’existent pas dans cette ville (deuxième plus grande ville du Ghana). Après avoir demandé notre chemin plus d’une fois et enfin trouver la route, nous arrivons dans une belle région pleine de collines et de forêt et ouahhh quelle vue sur le lac. On nous emmène dans un coin aux abords du lac pour camper dans le camion. 

lac Bosumtwi

C’est aussi le coin des rastas, qui confectionnent plein de choses aux belles couleurs vert-jaune-rouge.  Deux journées tranquilles de baignades, promenades et repos. C’est aussi l’occasion de nettoyer le camion, cette fois-ci de l’extérieur. Le vagabus passe-partout retrouve sa couleur blanche, ouahhh :-) Une petite aventure aussi le premier soir. Nous mangeons tranquillement à côté du camion et voyons les éclairs et l’orage s’approcher petit à petit. On fini le repas à l’intérieur du camion, la pluie est arrivée. On se dit qu’on va aller boire un verre en attendant que ça passe, malheureusement, il est déjà trop tard et la pluie tombe en trombe. Nous sommes tremper jusqu’aux os et décidons alors de retourner au camion. Nous nous déshabillons et mettons de l’eau partout, nos habits sont tellement mouillés qu’on peut les essorer ! Tout à coup je me rappelle que je n’avais pas fermé la fenêtre côté passager. Oulàlà je passe devant et effectivement l’eau est rentrée de partout, avec le vent il y en a même jusque sur la porte du côté de Toff. Tout est trempé sur les sièges, sur le tableau de bord…tous les papiers, la carte et les bouquins !!! Bon rien de vraiment grave mais on espère avoir du soleil le lendemain pour sécher le tout. Nous passons alors une nuit dans l’humidité 200% :-). Au petit matin on observe le va et viens des pêcheurs sur leurs drôles d’embarcations, en effet leurs bateaux ressemblent plus à des planches de bois qu’à des pirogues !!!

lac-2.jpg

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 05-2010 GHANA
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 12:45

 Nous voilà maintenant à la frontière du Ghana et c’est pour nous deux un nouveau pays à découvrir J 1ère surprise y’a des ordinateurs à la frontière …… ouah…… tout semble si différent de ce que l’on connait de l’Afrique de l’ouest. Y’a même un magasin climatisé détaxé ! Trop fort ! 2ème surprise nous n’avons  pas le ``carnet jaune ‘’ donc il faut qu’on passe par un une société qui se porte garante pour nous afin d’éviter toute vente de la voiture. En fait on comprend pas trop mais on doit donner 100 dollars (il nous parle on dollars…c’est pas possible….). on discutaille le prix bien trop élevé et finalement on fait les papiers et passons la douane. Tout change alors instantanément, il y a une grande forêt qui a l’air interminable, les maisons sont bien construites en béton et joliment peintes, il y a de la végétation (herbes, plantes….) et quelques petites montagnes. Le climat parait plus clément. C’est aussi un pays anglophone. C’est incroyable, on voit vraiment le changement direct après la frontière. Notre première étape sera la petite ville de Bolgatanga. Rien d’exceptionnel,  on se trouve une petite chambre ma fois bien confortable avec SVP WC et douche à l’intérieur J la classe non pour seulement 14 Ghana cedis (8 euros). Ca faisait bien longtemps qu’on n’avait pas eu ça. Même la nourriture change et se soir on mangera … du riz … mais du riz frit avec des légumes. Attention le Ghana ça commence fort.

 Ce matin nous partons pour le Mole National Parc. C’est un parc naturel complètement préservé qui abrite des animaux genre éléphants, antilopes, singes, phacochères  etc.

Singesphacochère mole

Après une route super pourrie (piste) et très fatigante (6 heures pour 250 km) nous voila à l’entrée du parc. On paye environ 6 euros et c’est parti ! Sur le dernier petit bout de route on croise déjà, à notre plus grande surprise, une famille de singes qui nous regardent paisiblement. Arrivés à l’accueil on voit une piscine. Wuhai une piscine au milieu de la jungle. Trop trop bien.  

 camion mole

      On s’installe au camping en regardant les phacochères et les antilopes qui cherchent à manger puis on va faire un petit plouf, même si le soir est déjà là, on ne peut pas résister. On a quand même pour consigne de bien fermer la voiture car les singes sont très malins (on en fera l’expérience un peu plus tard…) et s’ils rentrent dans la voiture c’est le massacre assuré. Pour finir la journée en beauté on mange au resto du parc, (le seul) à côté de la piscine, toujours au milieu de la jungle vraiment trop bien. Le lendemain, seul dans le camping on en profite pour faire un peu de lessive, on se baigne toute la journée dans la piscine et on regarde le va et vient des singes qui sont bien gros et qui nous font quand même un peu peur. Ce jour là on se prépare un petit diner et plutôt que de jeter la fin de notre repas on le mets dans un TUP (quelle bonne idée….) et le laissons sur la table à côté du camion. Gaeline part quelques minutes et moi je tourne la tête une ou deux minutes aussi. De retour, je vois un gros singe assit sur notre table qui s’est emparé de notre TUP et qui essaie de l’ouvrir pour manger son contenu. Je ne sais pas trop quoi faire il a des sacrées grosses dents l’animal. J’essaie de lui faire peur sans trop de conviction mais il part un peu plus loin toujours avec le TUP. Au bout d’un moment qu’il s’est usé les dents sur celui-ci, il le lâche et part dans un grand arbre à côté de là. Gaeline revient je lui explique le cas et lui dis de m’avertir si le singe descend car je vais récupérer le TUP. Je suis à peine parti que Gaeline me dis que le singe arrive alors je me dépêche mais le singe aussi et Gaeline insiste ! Je me dépêche encore un peu attrape le TUP et le vide devant les yeux du singe. Celui-ci s’arrête net et me regarde fixement. Je retourne auprès du camion il va voir se qui est tombé du TUP, mange un peu et repart dans son arbre tout tranquillement, oufffffffffff. Soulagé, on reste un peu par là et peu de temps après c’est toute une tribu de singes qui un à un nous passe autour lentement.  C’est vraiment exceptionnel et trop beau. On les regarde faire des allers-retours et jouer dans les branches c’est impressionnant ! Le lendemain matin on part avec 3 autres personnes et un ranger (obligatoire et armé de surcroit) faire un tour dans la forêt pour voir de plus près les animaux (2 sortes d’antilopes, 2 sortes de singes, 2 crocos…) et les plantes et avoir des explications sur ceux-ci. On entend le bruit de quelques éléphants qui se rapprochent. On se dirige alors vers un petit étang et là stupéfait nous voila face à un gros éléphant qui se tiens paisible sur les berges du lac. 

eleph-2-mole.jpg 

 éléph mole

Vraiment magnifique. Rien à dire. Dans le lac il y en a 4 ou 5 autres qui se pavanent.

On les admire quelques temps et on remonte au campement. Quelle image incroyable on vient de voir. On ne peut même pas décrire ce moment et la beauté de ces animaux majestueux. On passe encore une journée à se pavaner dans la piscine et demain nous partirons pour de nouvelles aventures.

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 05-2010 GHANA
commenter cet article