Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 21:21

En revenant à Mopti nous sommes allés visiter un village de potier.

potière

Pratiquement tous les gens du village vivent de ça. Dans chaque cour on peut voir des poteries, plus jolies les unes que les autres. Il s’agit souvent de gros pots appelés « canaris » qui servent à contenir l’eau potable pour qu’elle reste plus ou moins fraîche. Ces poteries sont encore fabriquées à l’ancienne, et cuites dans les cours sous un gros tas de pailles, de crottins d’animaux et recouvertes de terre. Elles peuvent cuire toute une journée, trop fou…

four poterievillage potier

 Petit tour en pirogue pour visiter les villages d’en face.nous-pirogue.jpg

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 04-2010 MALI AVEC EMY
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 21:14

Après cette magnifique ville de Djenné nous partons pour Mopti et surtout le pays Dogon. C’est un des lieux incontournables en Afrique c’est tellement étonnant. Avec Ibrahim le pote guide de Toff, on part pour trois jours de marche à travers la falaise de Bandiagara, au pays dogon. 

Nous partons d’abord un bout en camion jusqu’à Bandiagara puis un 4x4 nous emmène dans un petit village, point de départ de notre randonnée. Nous faisons une petite visite du village, et pouvons observer le spot à palabre, où les vieux discutent et prennent des décisions, la maison du guérisseur et aussi la maison où les femmes qui ont leurs règles se rejoignent (comme c’est impur, elles ne peuvent pas rester chez elles !!!). Nous payons la « taxe touristique » et partons pour rejoindre la falaise. Nous arrivons à un point de vue magnifique. Nous pouvons voir toute la plaine depuis là. La randonnée va nous permettre de descendre la falaise, la longer un bout puis remonter plus loin à l’est. Alors c’est parti pour la descente assez abrupte le long d’un lit de rivière. Nous arrivons dans la plaine et dans le premier village doté d’une magnifique mosquée. C’est la première halte pour manger. Il fait déjà bien bien chaud… après le repas, une petite sieste s’impose et nous ne repartirons que vers 15h30 et oui on attend que le soleil descende un peu. Nous marchons en longeant cette belle falaise et en traversant quelques villages lorsque tout à coup, des sortes de maisons troglodytes apparaissent bien hautes dans les roches. Il s’agit en fait d’anciennes maisons de tellems, anciens habitants de la région. pays-dogon-falaise.jpg

Pour l’histoire, les falaises s’étendent sur environ 150 km de long. Les premiers habitants auraient été les andoumboulou, petits hommes rouges, suivis des tellems. Ce sont les tellems qui ont construits ces impressionnantes maisons et greniers dans la falaise, semblable à des habitations troglodytes. On dit que peut-être à leur époque, le climat était différent, qu’il aurait eu plus de végétation, d’arbres et de lianes et qu’il leur était donc possible de grimper si haut. Ils avaient aussi pour coutume d’enterrer les morts dans la falaise !

Plus tard les tellems ont été chassés par les dogons (qui eux pensent que les tellems pouvaient voler et avaient des pouvoirs magiques !!!). Les dogons se sont installés et ont eux aussi crées leur villages tout d’abord dans la falaise puis beaucoup plus tard, ils sont redescendus dans la plaine, pour des questions pratiques. Le chef spirituel des dogons se nomme le hogon. A partir du moment où il nommé par les gens du village, ses pieds n’ont plus le droit de toucher terre. Il est donc porté par les gens jusque dans sa nouvelle cour, qu’il ne quittera presque plus. Une fille vierge lui prépare ses repas et un messager est chargé de transmettre ce que dit le hogon au village. Son rôle est de prendre les décisions pour le village, de veiller sur lui,… Malheureusement il n’existe plus de hogon aujourd’hui, car les gens des villages n’arrivent plus à s’entendre pour élire la bonne personne. Toff aura eu la chance, il y a 5 ans de rencontrer un des dernier hogon.

 

Nous arrivons après quelques kilomètres dans le village où nous allons passer la nuit, dans un campement où bien sûr, nous allons dormir sur le toit. pays-dogon.jpg

Nous partons visiter le village « abandonner », ancien lieu où habitaient les dogons. Bien en hauteur, les villageois ont finalement quitter les lieux pour venir s’installer en plaine, bien plus pratique pour les cultures, la recherche de l’eau des puits,… sinon il fallait monter descendre plusieurs fois par jour…trop fatiguant. Le jeune qui est avec nous nous explique que c’est à l’époque de ses grands parents qu’est survenu ce changement, donc il n’y a pas si longtemps. Les maisons sont hallucinantes, perchées à flan de falaise, toute construites en terre évidemment.

C’est re partis pour une journée de marche. Nous traversons plusieurs jolis villages et allons aussi visiter une cour où une famille fabrique des tissus indigo. Il s’agit en fait d’une manière de teindre des tissus en coton. Grâce à une plante naturelle, ils obtiennent cette belle couleur bleu foncé et teignent différents modèles sur le coton. C’est vraiment beau. Vers 13h, halte pour manger après une bonne marche sous le soleil de midi, terrible, ensuite re sieste (ehhh oui on se lève tôt et on marche et il fait chaud tout pour faire une bonne siesteJ). Cette fois nous devons entamer la remontée de la falaise. Lorsqu’on la regarde on se demande bien où l’on va pouvoir passer, et en fait un petit passage caché dans les roches nous attend, qui monte bien à pic, déroutant.  Arrivé presque en haut, encore quelques « échelles » en bois et nous voilà sur le plateau du haut. Nous retraversons de beaux endroits et arrivons dans notre nouveau campement, dans un village construit sur la pierre, c’est la première fois qu’on voit ça. A côté de nous, d’immenses rochers et en dessous une petite falaise qui rejoint la plaine en bas. L’écho est étonnant ici. La nuit s’annonce difficile car la pluie menace. On tente quand même de dormir sur le toit mais la pluie arrive et nous descendons dans des petites cases. Il fait extrêmement chaud, on ne dormira pas beaucoup cette nuit !!!

Une dernière matinée de marche sur le plateau avec une belle vue sur l’arrière pays et nous atteignons bientôt notre dernier village. Ça n’a pas été une longue longue marche mais ces trois jours nous ont permis de voir bien des belles choses et d’apprendre encore un peu sur une ethnie du Mali.pays-dogon-nous-4.jpg

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 04-2010 MALI AVEC EMY
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 15:13

Au petit matin on se prépare toujours tranquillement et vers 11h nous voilà partis pour faire les guides au Mali.

  A 2h de route de Bamako il y a le petit village de Ségou-Koro qui était anciennement une des capitales de l’empire Mandingue. Situé au bord du Bani (grand fleuve au Mali) on y voit une très jolie et ancienne mosquée, l’ancien palais du roi et quelques jolies maisons en terre recouvertes de banco (sorte de boue pour fabriquer les maisons).

Segou-koro-Mosquee-et-palais-du-roi.jpg

Pas moyen de rencontrer le chef du village car aujourd’hui il est parti aux champs ! On part alors un peu plus loin dans la ville de Ségou qui est plutôt grande mais pas très intéressante. On rencontre Michel qui nous hébergera cette nuit dans sa cour J

 Aujourd’hui nous partons pour une autre ancienne capitale, celle de Djenné. Il y a environ 2h30 de route cette fois-ci. Sur place on se trouve un petit hôtel pas cher avec un patron plutôt sympathique. C’est une ville toute ronde et on dirait qu’elle est perchée sur une petite colline de terre. On y accède par un pond et on commence, avec le camion, à faire le tour des petite ruelles ! Pas si évident ! Cette ville est aux premiers abords vraiment très belle, les maisons toutes en terre de couleur grisâtre possèdent plusieurs étages ce qui le rend encore plus jolies. C’est alors qu’on arrive devant le plus grand monument du monde en banco classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, la grande mosquée de Djenné ! Plus rien à dire juste à contempler et rester bouche bée.

Djenne-grande-mosquee.jpg

 

La nuit est bonne sur le toit de notre auberge et ce matin on part faire quelques achats et visiter le marché car tous les lundis c’est le grand marché très coloré de Djenné. Pleins d’odeurs parfois pas très agréables ou qui nous font éternuer, beaucoup d’animation, beaucoup de couleurs et pleins de trucs à découvrir ou goûter (c’est pas bon les noix de colas hein Gaeline et Emy). L’après-midi on fait aussi un tour de cette magnifique ville. Ici les gens sont plutôt sympathiques et souriants mais il y a aussi tous les faux guides et les marchands ambulants qui nous tournent autour comme des vautours ce qui casse un peu la magie de la chose.

Djenne-maison-marocaine.jpg

Dans les minis rues on voit les anciennes maisons construites par les arabes avec leurs portes en bois et leurs magnifiques décorations.

On se fait quand même inviter à boire un petit thé en face de l’auberge car Lamien sans thé pendant plus de 2 jours ça devient difficileJ. Ici en Afrique surtout au Mali les gens aiment boire le thé mais ce n’est pas le même que chez nous c’est même complètement différent. Le 1er comme ils disent est amer comme la mort, le second dur comme la vie et le 3ème doux comme l’amour ! On prépare le 1er en laissant bouillir 20 min environ un sachet de thé vert de chine dans une petite théière avec un peu d’eau (25 cl environ). Après avoir aéré le thé quelques fois à l’aide de l’autre théière on met juste le liquide sans les feuilles dans la 2ème théière et on le sucre à son souhait. Attention c’est le 1er il ne doit pas être trop sucré. On le laisse refroidir un peu pendant que l’on prépare la mousse. Il faut qu’il y ait une bonne mousse bien dense sinon c’est pas joli et c’est moins bon. Maintenant le 1er est ok, selon le nombre de personnes on aura une dose plus ou moins variable mais qui ne dépasse jamais 2 cl environ. Alors que les feuilles sont restées dans la 1ere théière on ajoute de l’eau et on fait bouillir à nouveau plusieurs fois. On répète le processus jusqu'à obtenir le second plus sucrée et le 3ème encore plus sucré (certain ne le prépare même pas disant que ce n’est pas du thé, au Sénégal on dit que c’est le thé pour les filles).  La cérémonie dure souvent très longtemps mais c’est le but ! On est souvent entrain de boire le thé, des fois on tombe à point souvent on nous invite c’est en général de très bon moment. Certains le préparent très bien et d’autres un peu moins mais ça fait vraiment partie de la vie ici.

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 04-2010 MALI AVEC EMY
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 15:12

Le matin, jamais trop pressés, nous nous préparons et partons pour la grande ville, pour aller chercher notre bien attendue Emy (pote de Gaeline). Cette fois nous allons dormir sur le toit de chez Mameri car à Bamako il fait vraiment trop chaud à cette époque et pas moyen de dormir à l’intérieur. On tourne un peu aujourd’hui et on en profite pour aller rendre quelques visites à des pots ou des contacts que l’on a à Bamako. On se réjouit quand même qu’Emy arrive alors qu’on reçoit 1 message ‘’c’est ok je suis dans l’avion, on est à l’heure, arrivée à 20h’’ on reçoit un autre dans la foulée ‘’en fait il y a un problème technique arrivée prévue pour 24h’’…Bon il faudra qu’on patiente encore un peu ! A l’aéroport alors que le temps commence à changer on reçoit quelques gouttes et quand Emy arrive c’est la pluie J que du bonheur pour nous. On monte dans la voiture mais je suis obligé de m’arrêter car il faut que je reçoive cette pluie sur la tête pour me désaltérer un peu J. Ce sera une nuit courte et agitée car dormir sur le toit entre 2 averses c’est pas le pied et dedans il fait toujours aussi chaud !

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 04-2010 MALI AVEC EMY
commenter cet article