Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 13:49

Le passage de frontière Thaïlande-Cambodge, malgré les dires, se fait sans trop d’encombre.

 

Entrée Cambodge 2

La première partie de la route dans un mini van, avec passage de frontière accompagnés par un cambodgien (c’est bien la première fois qu’on se fait accompagner à une douane !!!).

Entrée Cambodge

Ensuite on nous dit d’attendre le bus qui nous amènera à la ville de Siem Raep (ville à proximité des temples d’Angkor). On est plusieurs touristes à se retrouver dans le même bus, bien moins classe qu’en Thaïlande mais ok. On mange un bon fried rice en l’attendant    Le trajet se passe sans encombre et nous donne un aperçu de la campagne cambodgienne. Le pays est ici, dans l’ouest, très plat, il y a beaucoup de champs et les maisons semblent être, pour la plupart, construites sur pilotis. On retrouve un petit goût d’Afrique avec des routes en terre rouge qui s’aventurent de part et d’autre de la route principale. Nous arrivons à Siem Raep juste de nuit. Là des tuk-tuk attendent à la station de bus et nous emmènent en ville en recherche d’un guest. Pour 5 euros, on trouve un endroit sympa, avec eau chaude et télé, assez la classe et bien clean, ça commence bien par ici    Nous allons nous requinquer avec un repas au marché. A côté ils vendent de l’artisanat, qui ressemble pas mal à celui vu en Thaïlande. Ici c’est rigolo, les gens nous appellent « Sir and Lady », « you need something Sir, you want something lady??? ». En tout cas les gens sont souriants et sympathiques. Le lendemain, nous passons la journée à visiter la ville. On se promène dans les marchés, plein d’odeurs d’épices et de poissons et nous allons aussi visiter 2 temples.

Siem Reap, temple

Les cambodgiens sont majoritairement bouddhistes et les temples ressemblent un peu au style Thaï, en moins kitsch. Dans le premier temple, nous sommes accueillis par des jeunes qui nous font la visite avec plaisir et qui nous offrent de la canne à sucre…mmmhhh. Dans le jardin du temple, on retrouve plein de pagode, ces sortes de stupas qui conservent des reliques sacrées. C’est vraiment beau.

Siem Raep, pagodes

Le deuxième temple est un peu en construction, il y a plein de végétation, de frangipaniers et des moines qui se promènent dans les alentours.

Siem Reap, temple 2 2

Les villes ne sont pas exceptionnelles en soi, mais il est sympa d’y flâner. Il y a ,comme d’hab, quelques rues touristiques avec les bars, les restos, les massages,…on y passe rapidement, sans s’attarder    Après avoir pris des renseignements sur le meilleur moyen de visiter les temples d’Angkor, nous avons décidé de prendre un pass 3 jours, de faire 2 jours en vélo et 1 en tuk-tuk pour aller visiter les temples les plus loin. Nous faisons le plein de fruits, louons des vélos et donnons rdv à Romain et Camille le lendemain à 6h du matin !!!

Réveil matinal, petit déj et c’est parti pour une journée de visite de temples à vélo. Nous nous trompons d’abord de route et trouvons finalement l’entrée où acheter les tickets. Quand même pas donné, 40 dollars pour 3 jours. Mais je pense que ça vaut le coût !!! Nous pensons faire aujourd’hui la « grande boucle », qui comprend pas mal de temple et nous laissons de côté les plus connus pour le dernier jour.

Le site d’Angkor fût la capitale de l’empire Khmer du 9ème au 15ème siècle environ. La forêt proche de Siam Raep regorge de temples, d’anciens monastères et de l’ancienne cité royale. C’est un site énorme et c’est pour ça qu’on a décidé de le faire en trois jours et encore il y a des gens qui prennent le pass 7 jours. Le site a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 92.

Angkor, temple 2

Nous passons donc la première journée à nous balader en vélo, à visiter des temples, dont certains portent le nom de temples-montagnes, configuration de la cosmologie hindouiste qui symbolise le mont Meru, l’axe du monde.

Angkor, temple montagne

D’autres temples sont plutôt grands et sont en fait d’anciens centres monastiques bouddhistes.

Angkor, temple 3

Il y a eu plusieurs distinctions religieuses pendant la période d’Angkor. Des périodes hindouistes et d’autres bouddhistes. Les temples sont donc dédiés soit à Shiva ou Vishnu soit à Bouddha. Les temples sont faits d’énormes pierres et quelque fois la nature reprend le dessus.

Angkor, nature gagne du terrain

La restauration du site demande un travail titanesque. On voit quelques temples en restauration et trouver où allait chaque pierre, c’est vraiment fou.

Nous rentrons de ce premier jour à la tombée de la nuit, bien fatigués mais contents de cette visite à bicyclette. Le lendemain nous partons, mais cette fois en tuk-tuk, pour visiter les temples les plus éloignés (environ 50 km de la ville). Pour avoir un tuk-tuk et négocier ce n’est pas tellement difficile tellement on se fait « harceler » par les chauffeurs. A peine on sort du guest que c’est « tuk-tuk tuk-tuk, you want tuk-tuk ??? ». Toff s’est même acheté un t-shirt, « No tuk-tuk, today and tomorrow »    Pour ça le Cambodge est un peu fatiguant à la longue. Et aussi devant les stands de nourriture à Angkor, à peine on passe à côté en vélo que toutes les femmes brandissent leur menu et nous appellent. Hallucinant, on sait ce que veut dire le mot concurrence par ici

Nous arrivons au premier temple en même temps que des cars entiers. C’est vraiment pas une légende cette histoire de car de japonais    Ils sont toujours en  grandes troupes  Le deuxième site est un peu particulier, nous faisons une petite marche à travers la forêt pour rejoindre un cours d’eau. Là, nous découvrons des sculptures qui ont été faites à l’intérieur de la rivière, sur son lit, ses côtés, c’est vraiment impressionnant et super beau.

Angkor, rivière sculptée

Encore un temple ou deux et nous voilà au coucher du soleil, avec plein de gens sur un temple. Malheureusement, c’est un peu voilé. Nous avons de nouveau fait une sacrée journée bien remplie.

Le lendemain on se fait une journée off, repos, pour être en pleine forme pour notre 3ème jour de visite. On dort, on écrit et avec la chance qu’on a il y a une cérémonie à côté de l’hôtel. De 10h du mat à 19h, la même « musique », le même son, en boucle. Décidément on attire les cérémonies et la musique    Le soir nous retrouvons Romain et Camille pour un dernier repas ensemble, eux ont enchaîné les 3 jours de visites et s’en vont demain.

Pour notre dernier jour, nous relouons des vélos et partons à 5h30 pour voir le lever du soleil sur le temple d’Angkor Wat, le plus connu et d’ailleurs l’emblème national (sur le drapeau). Nous arrivons sur les lieux vers 6h et c’est hallucinant le monde qu’il y a déjà. Tout le monde est à l’extérieur de l’enceinte, pour faire des photos, alors nous on rentre et on a la chance de visiter le temple sans trop de monde. Le soleil se lève et les couleurs se dévoilent. Comme le soleil est du « mauvais côté », nous décidons de revenir plus tard pour faire quelques photos. Comme nous avons embarqué le petit déj, nous profitons de la vue sur le temple pour nous remplir le ventre. Nous partons ensuite visiter quelques temples mineurs du « petit circuit » et profitons du beau ciel bleu pour faire de belles photos.

Angkor, sculpture

Le dernier ancien monastère que nous visitons est celui qui est le plus envahi par la nature. Des arbres couvrent complètement certains murs et il paraît que ce lieu aurait servi au tournage de « Tomb Raider ». C’est vraiment surprenant comme la nature reprend ses droits.

Angkor, temple

Nous avons gardé l’ancienne cité royale, Angkor Thom pour la fin. Elle est gardée par d’énormes portes, aux quatre points cardinaux.  Sont souvent représentés aussi, les « nagas », serpents mythiques qui montent la garde.

Naga

Plein de terrasses, de sculptures, de temples énormes, de parcs et le fameux temple de Bayon avec les 216 têtes d’Avalokiteshvara, bouddha de la compassion.

Angkor, Avalokiteshvara

Nous sommes ébahis par la beauté de l’endroit.

Angkor, bayon

On retrouve de nombreuses pièces retrouvées à Angkor au musée de Phnom Penh, capitale du Cambodge, que nous visiterons plus tard. Pour finir, nous retournons un coup à Ankor Wat pour monter dans la tour principale et prendre quelques photos. Nous finirons nos trois jours par là. Nous avons pas mal réussi à éviter la foule, en choisissant un parcours souvent à l’envers de tout le monde   Vraiment de beaux moments, de la belle architecture et une histoire incroyable. 3 jours à 100%, de 6h du matin à 18h. Une visite qu’on n’est pas prêts d’oublier.

Le lendemain nous prenons la route pour la grande ville, la capitale de Phnom Penh. Le bus local nous amène sans encombre sur un trajet de 5-6h. Arrivés nous trouvons un guest pas trop cher et partons à la recherche des compagnons. Nous allons manger avec eux. Le lendemain, nous avons rdv pour visiter le grand marché central. Relativement clean, séparé en secteurs, électronique, cosmétiques, habits-chaussures, nourriture,… on se promène gentiment.

Phnom Penh, marché 3

Phnom Penh, marché 2

Phnom Penh, marché 4

Phnom Penh, marché 5

Il y a aussi des bijoutiers, bien artisanal le boulot.

Phnom Penh, marché 6

Nous allons nous faire une bonne soupe au marché local. Ensuite nous partons à la découverte d’un autre marché, beaucoup plus « roots » et désorganisé. Plein d’odeurs un peu nauséabondes parfois, la rue pleine de gens qui vendent de tout, dont le fameux sang de poulet (voir quizz) 

Phnom Penh, marché

Phnom Penh, marché 7

Une petite vidéo de marché, pour déambuler dans les rue:

 http://www.youtube.com/watch?v=M5JPdJmJP8k

Le soir, pour compléter la journée marché, nous allons au marché du week-end, petit mais sympathique. Un concert (show musical), plein de stands de brochettes, de nourriture.

Phnom Penh, marché de nuit

Les gens choisissent ce dont ils ont envie et s’installent sur des nattes au centre. Ça fait un peu pique-nique général 

Phnom Penh, marché de nuit 2

Le lendemain c’est mission visa. Nous allons à l’ambassade du Laos déposé notre passeport, pas une mission trop difficile. Ensuite nous retrouvons les deux amis pour aller faire une virée sur le Mékong et visiter des ateliers de tissage de la soie. On doit pas mal marchander et on se retrouve finalement sur un bateau énorme à 4 plus les deux pilotes. En fait je pense que les petits bateaux n’y vont pas, car il y a beaucoup de courant sur le fleuve. C’est fou de se retrouver sur le Mékong, un peu un fleuve mythique dont on entend souvent parler mais qu’on n’arrive pas trop à imaginer.

Phnom Penh, vue du Mékong

C’est sympa de se balader sur l’eau. On se rapproche de « l’île » qui est en faite énorme. Les rives sont en train de s’écrouler. On voit bien que le Mékong gagne du terrain sur la terre. Le gars nous explique que chaque année, ils perdent de la terre et cette année particulièrement, à cause des grosses pluies. Les gens abandonnent même leur maison de peur de glisser un jour dans l’eau.

Phnom Penh, Mékong écroulé

Nous accostons et allons visiter une petite fabrique de soie familiale, une des filles nous guide et nous explique les différentes étapes. Malheureusement ils ne font pas le tout début du processus, avec les vers à soie, ils achètent directement la soie brut. Mais c’est tout de même super intéressant et on apprend beaucoup. Comment affiner la soie, teindre la soie en différentes couleurs, préparer le métier à tisser et finalement tisser !!!

Phnom Penh, soie

C’est vraiment un travail intense et long et relativement minutieux. Une écharpe peut prendre entre une journée et une semaine de travail intensif. Les résultats sont vraiment beaux. On est bien sûr tenter d’acheter une petite écharpe, pour aider « l’entreprise familiale ». La jeune fille nous permet même d’essayer le métier à tisser. C’est pas facile, il ne faut pas se tromper de pied, être bien concentré, mais c’est un travail que j’apprécierai je pense 

Nous repartons en bateau après une bonne heure d’explications, c’est passé super vite. Le retour est joli sur le Mékong, on aime décidément bien le bateau. De retour en ville on va manger un bon thali dans un resto indien, histoire de varié un peu les goûts asiatiques  Le soir on se fait une dernière bouffe avec les amigos qui partent pour le sud. Le lendemain, on se dirige vers le palais royal pour une visite. Malheureusement je n’ai pas pensé et je suis interdite d’entrée car j’ai les épaules découvertes, mince. C’est vrai qu’au Cambodge, il faut en général se couvrir les épaules pour certains monuments et temples. Nous partons donc visiter le musée national qui se trouve à côté. C’est un musée riche en objets, dans un beau bâtiment.

Phnom Penh, musée national

Nous passons un bon moment à flâner au milieu d’objets, statues, pour la plupart récoltés à Angkor, ou dans d’autre partie du Cambodge. Il y a vraiment des pierres énormes et bien conservées. Les explications sont en partie en français, ça fait plaisir    On se promène en ville

Phnom Penh

et après un pique-nique à l’hôtel, nous partons rechercher nos visas. Avec à la clef, une jolie carte du Laos offerte, cool. Nous réservons un bus pour le nord le lendemain matin. Levé matinal et on se dirige à la station de bus. Bus local pour environ 6-7h. Le trajet se passe sans problème et nous arrivons à Kratie en début d’après-midi. Kratie est une petite ville tranquille du nord Cambodge. Nous nous sommes arrêtés là pour faire une coupure sur la route du Laos et aussi pour peut-être apercevoir des dauphins. Eh oui, il existe dans cette région des dauphins d’eau douce qui habitent le Mékong. On se promène dans cette petite ville en construction (le marché a  brûlé dernièrement et toute cette partie avec la route est en travaux). La ville n’a pas grand-chose d’exceptionnel à part un très joli couché du soleil sur le Mékong.

Kratie, Mékong couché du soleil

Le lendemain, nous louons une moto pour aller à une vingtaine de kilomètres de là et avoir la chance d’apercevoir les dauphins. La campagne que nous traversons est vraiment jolie, avec les maisons en bois sur pilotis et les champs cultivés au bord de la rivière.

Kratie

Kratie 2

Nous arrivons à l’endroit où il y a le plus de chance de voir ces animaux mais le prix pour accéder au bord de l’eau est vraiment élevé, ils abusent un peu. Nous continuons donc un peu et nous arrêtons plusieurs fois pour aller sur la berge et observer. Mais pas de chance cette fois, les dauphins n’apparaissent pas. Tant pis, la ballade aura quand même valu le coup et on rentre avec une grosse pastèque achetée sur le chemin.

Kratie, Mékong

Pour ne pas oublier, je dois vous parler d’un ou deux phénomènes étranges par ici. Au Cambodge et c’est bien la première fois qu’on voit ça ils ont deux monnaies. En fait ils ont leur monnaie, le Riel (1 dollar, 4000 Riel environ) mais ils utilisent aussi le dollar, et beaucoup. En fait, au bancomat, on ne peut retirer que des dollars. Ensuite dans la rue on paye en dollars et on reçoit la monnaie moitié en dollars moitié en Riel pour les petites coupures, c’est vraiment étrange. Imaginez, ça coûte 3,50 dollars, vous donnez 5 dollars, on vous rend 1 dollars et 2000 Riel. Sympa non les calculs (bon là j’en ai fait un facile ). Pour la deuxième histoire rigolote, les femmes cambodgiennes se baladent souvent en pyjama. Sympa de voir une femme sur une moto avec son pyjama petit ours ou Père Noël  . Et encore une chose étrange, c’est la proportion des prix entre les différentes choses. Vous pouvez par exemple manger pour 1,5 dollars alors qu’un jus coûte 1 dollars. C’est comme si chez nous un plat coûtait 15 francs et une boisson 10, imaginez, on boirait beaucoup moins non ???    Enfin bon c’est des petites choses qui nous font rire.

Nous décidons de finir le Cambodge par cette petite ville. Nous ne seront pas restés longtemps, mais il faut qu’on avance et on préfère passer plus de temps au Laos, il faut faire des choix    Le matin nous partons donc en direction du sud Laos, aux 4000 îles. Il nous faut d’abord prendre un mini van pendant deux heures. Le van est bondé, il y a plus de gens que de sièges et le chauffeur s’arrêtent encore pour prendre quelqu’un qu’il installe….à côté de lui, très pratique pour conduire et pas du tout dangereux !!! Nous nous arrêtons ensuite à l’embranchement d’une route pour prendre un gros bus qui va nous amener à la frontière. Là, la bataille contre la corruption commence. Pour sortir du Cambodge, il nous faut simplement un tampon de sortie, on donne nos passeports aux douaniers et tout naturellement ils demandent 2 dollars !!! « Pourquoi ??? Ben pour le tampon. Et vous avez un reçu messieurs pour ce tampon à 2 dollars ??? Non, donc on ne les paiera pas !!! » Alors là ils sont un peu mécontents et font passer d’autres gens devant nous. Nous on patiente et on les embête un peu. Ils n’ont en soit pas le droit de soutirer de l’argent comme ça. On est entraîner avec toutes les douanes qu’on a passées en Afrique et on est catégorique, on ne paiera pas !!! Après une dizaine de minutes ils me disent tout gentiment « vous n’avez pas d’argent hein ??? Ben non », on répond hypocritement !!! « Alors on vous fait le tampon gratuit parce qu’on est bien gentil ». Ahh là là, il faut de la patience, mais en général ça marche    Nous avançons alors vers les douaniers Laotiens, avec notre visa déjà dans le passeport. Là c’est rebelote, pour le tampon, ils veulent 2 dollars. Et c’est reparti pour une dure négociation. Cette fois on fait le scandale, on dit aux autres gens de ne pas payer, qu’il faut stopper ça, la corruption c’est mal… De longue discutions s’en suivent, il y a pas mal de mouvements, les gens parlent haut,… Finalement, j’arrive à récupérer nos passeports tamponnés sans payer et les douaniers sont très mécontents. Il y a au moins 5-6 personnes décidées à faire comme nous, on a un peu foutu le bordel à la douane. C’est pas leur jour aux douaniers, faut pas nous chercher non plusIl faut quand même se rendre compte que s’il y a en moyenne 50 à 100 personnes qui passent par jours en haute saison, ça ne leur fait pas moins de 100 ou 200 dollars volés, qui vont direct dans leur poches. En en plus ils ont certainement un salaire derrière. Alors qu’une ouvrière gagne en moyenne 30 dollars pas mois au Cambodge, c’est quand même pas normal. Enfin bon, nous arrivons donc au Laos remontés à bloc 

Frontière Cambodge-Laos

Repost 0
Published by Ga et Toff - dans 12-2011 CAMBODGE
commenter cet article